Search
Close this search box.
Magasine de Science et Technologie
Search
Close this search box.

* S&T peut avoir recours à l'IA générative pour un meilleur contrôle sur l'exactitude des informations publiées

Search
Close this search box.

L’HISTOIRE DE NOTRE MONDE – Antiquité – CHINE

/// SURVOL SUR L'ÉPOPÉE MILLÉNAIRE DE LA CHINE - L'histoire de la Chine est une saga millénaire, débutant avec des civilisations préhistoriques et évoluant à travers une succession de dynasties. Depuis les Xia et les Shang jusqu'aux empires unifiés des Qin et des Han, la Chine a connu des périodes de prospérité culturelle et de puissance impériale. Des ères de division politique, comme les Trois Royaumes, ont alterné avec des périodes d'unité sous des dynasties comme les Tang et les Ming. ///

/// Grande Muraille de Chine – Site du patrimoine mondial de l’UNESCO à l’ouest du District de Mutianyu à Pékin (Beijing) en Chine d’Asie central ///

Période néolithique de la chine

Les découvertes archéologiques en Chine révèlent une activité humaine datant de plus de 1,7 million d’années, attestée par des outils en pierre trouvés dans des grottes. L’avènement de la période néolithique a marqué un tournant majeur avec le développement de cultures agricoles avancées et l’établissement de villages le long des cours d’eau principaux tels que le Yangzi et le Fleuve Jaune.

Vers l’an -5000 : Début de l’agriculture

Les premières rizières en terrasses de chine - Province de yuanyang

///  Agriculture en terrasse pour la culture du riz   ///

Les premières pratiques agricoles se sont développées le long du fleuve Jaune, également connu sous le nom de Huang-He. Les populations de cette époque ont commencé à cultiver une variété de cultures, notamment du millet, une céréale fondamentale, ainsi que des fruits, des noix et des légumes. De plus, l’élevage de cochons, de chiens et de poulets était également pratiqué dans cette région. Ces activités agricoles ont joué un rôle crucial dans le développement économique et social des civilisations anciennes en Chine.

Premiers villages agricoles

Les premiers agriculteurs chinois ont établi des villages et ont développé des techniques agricoles avancées. Ils ont utilisé des outils en pierre pour labourer les champs et cultiver leurs cultures. En outre, ces sociétés ont également été connues pour leur artisanat sophistiqué, comme en témoignent la fabrication de magnifiques poteries peintes. Ces pratiques reflètent l’ingéniosité et la créativité des premières communautés agricoles en Chine, et ont joué un rôle crucial dans le développement de la civilisation chinoise antique.

Vers l’an -4000 : Début de la culture du riz

Le Yangzi, également connu sous le nom de fleuve Bleu, représente un environnement propice à l’agriculture dans le sud de la Chine en raison de son climat plus chaud et humide. Cette région offre des conditions idéales pour la culture du riz, une culture essentielle dans l’alimentation et l’économie chinoises. La topographie variée le long du fleuve Bleu favorise également une diversité d’écosystèmes et de pratiques agricoles, contribuant ainsi à la richesse et à la prospérité des civilisations qui se sont développées le long de ses rives.

Vers l’an -2700 : Fabrication de la soie

Le processus de fabrication de la soie implique l’utilisation du ver à soie, la larve du bombyx du mûrier, qui produit un cocon protecteur en fil de soie lors de sa métamorphose en papillon. Les premières techniques de production de la soie ont été développées en Chine, où les artisans ont maîtrisé l’art du dévidage des cocons et du tissage de cette étoffe précieuse. Cette découverte a eu un impact significatif sur l’économie et la culture chinoises, établissant la réputation de la soie chinoise comme l’une des plus prisées au monde.

Entre l’an -2070 et l’an -1600 : Dynastie Xia

///  Dynastie Xia – province de Gansu – Chine, Zhangye temple du grand bouddha couché  ///

La Dynastie Xia est souvent considérée comme la première dynastie historique de Chine, bien que son existence soit entourée de mythes et de légendes, qui trouvent leur source dans l’historiographie chinoise. Les preuves archéologiques et historiques concernant la Dynastie Xia restent limitées, ce qui a conduit à de nombreuses interprétations riches et variées de son histoire et de sa place dans le récit de la civilisation chinoise. Certains chercheurs soutiennent l’existence réelle de la Dynastie Xia. Des traces de cette culture persistent, comme en témoignent les dessins retrouvés sur des poteries datant de cette époque. Même si cette période demeure un sujet de recherche et de discussion au sein de la communauté académique, des efforts continus sont déployés pour démêler les faits historiques des récits légendaires. En 1995, la Chine a lancé un vaste projet, le Xia Chronology Project, visant à établir une chronologie rigoureuse de la première dynastie de son histoire.

Entre l’an -1600 et l’an -1046 : Dynastie Shang

/// Un masque de bronze de la dynastie Shang ///

La dynastie Shang est renommée pour ses progrès significatifs dans le domaine de la métallurgie, en particulier dans la production et l’utilisation du bronze. Parallèlement à ses avancées techniques, la dynastie Shang a également développé un système d’écriture précoce, connu sous le nom de script des oracles, caractérisé par des caractères logographiques gravés sur des os d’oracle et d’autres matériaux. Cette forme primitive d’écriture représente un jalon majeur dans le développement de la civilisation chinoise, permettant la documentation et la transmission des connaissances, des rituels et des événements historiques.

Entre l’an -1046 et l’an -256 : Dynastie Zhou

/// Empereur de la Dynastie Zhou ///

La dynastie Zhou est subdivisée en deux périodes historiques distinctes : la dynastie Zhou occidentale et la dynastie Zhou orientale, chacune marquée par des caractéristiques politiques, sociales et culturelles uniques. La période des Printemps et Automnes (770-476 av. J.-C.) ainsi que la période des Royaumes combattants (475-221 av. J.-C.) représentent des phases de l’histoire chinoise caractérisées par une fragmentation politique et des conflits militaires entre les divers États féodaux. Ces périodes ont été témoins d’une concurrence intense pour le pouvoir et la suprématie, marquant des transformations significatives dans le paysage politique et social de la Chine ancienne.

Entre l’an -481 et -221 : Période des royaumes combattants

La période des Royaumes combattants en Chine était caractérisée par une fragmentation politique, avec des royaumes rivaux tels que Qin, Chu, Qi, Yan, Han, Zhao et Wei, en lutte constante pour le contrôle des territoires et des ressources. Ces conflits militaires, souvent brutaux et prolongés sur des décennies, ont été accompagnés du développement de stratégies politiques sophistiquées, telles que les alliances et la diplomatie matrimoniale. Les avancées militaires comprenaient l’utilisation de chars de guerre et le développement de tactiques d’infanterie et de cavalerie. Malgré les conflits, cette période a vu des progrès significatifs dans la culture, avec l’émergence de philosophies telles que le confucianisme, le taoïsme et le légisme, façonnant ainsi la pensée chinoise pour les siècles à venir.

Entre l’an -221 et -210 : Qin Shi Huangdi, premier empereur de Chine

/// Qin Shi Huangdi premier empereur de Chine ///

Le Royaume de Qin, dont le nom a donné celui de la Chine, a réussi à conquérir tous les autres royaumes de la période des Royaumes combattants, sous le règne de son souverain, qui a pris le titre de Qin Shi Huangdi, signifiant littéralement “Premier Empereur de Qin”. Ce titre symbolise son statut en tant que premier empereur de Chine et marque le début de l’ère impériale chinoise. Qin Shi Huangdi a consolidé son pouvoir en unifiant la Chine sous un seul gouvernement centralisé, mettant ainsi fin à plusieurs siècles de fragmentation politique. Son règne marque le début de la dynastie Qin et de l’ère impériale en Chine, caractérisée par un gouvernement autocratique et une administration centralisée.

Grande muraille de Chine

Qin Shi Huangdi, le premier empereur de Chine, a ordonné la construction d’une vaste fortification pour protéger les frontières septentrionales de son empire contre les incursions des peuples nomades, souvent désignés ultérieurement sous le nom de Huns. Cette fortification est devenue la Grande Muraille de Chine. Initialement, la Grande Muraille consistait en plusieurs sections de fortifications plus petites, construites par des souverains précédents pour se protéger des invasions du nord.

Au fil des siècles, la Grande Muraille a été étendue, reconstruite et renforcée par différentes dynasties chinoises, notamment sous les dynasties Han, Ming et Qing. Elle s’étend sur une distance impressionnante de 3 460 kilomètres à travers divers paysages, tels que des montagnes, des plaines et des déserts, démontrant ainsi l’ingéniosité et la persévérance des constructeurs chinois.

La Grande Muraille de Chine est devenue un symbole emblématique de la civilisation chinoise et une merveille architecturale mondialement connue. Elle témoigne de l’importance stratégique de la protection des frontières de l’empire et de l’ingéniosité technique des anciens Chinois.

Contrôle des nobles

Dans le cadre de sa politique de consolidation du pouvoir, l’empereur chinois Qin Shi Huangdi a pris des mesures pour réduire le risque de rébellion de la part des nobles puissants de son empire. Pour ce faire, il a émis un décret obligeant les nobles à résider dans la capitale impériale de Xianyang, où leur activité pouvait être surveillée de près par l’administration centrale.

En outre, afin de s’assurer que les nobles ne constituaient pas une menace militaire, l’empereur a ordonné la confiscation et la fonte des armes détenues par les armées privées des nobles. Cette mesure visait à réduire leur potentiel de résistance armée et à renforcer le monopole impérial sur la force militaire.

Cette politique de centralisation du pouvoir et de désarmement des nobles a contribué à consolider le règne de Qin Shi Huangdi et à renforcer le contrôle impérial sur l’ensemble de l’empire chinois.

Unificateur de la Chine

Sous le règne de l’empereur chinois Qin Shi Huangdi, d’importantes initiatives d’infrastructure ont été entreprises pour favoriser l’intégration et la centralisation de l’empire. Cela comprenait la construction de routes et de canaux stratégiques pour relier efficacement les différentes parties de l’empire, facilitant ainsi le commerce, le transport et la communication entre les régions éloignées.

En outre, Qin Shi Huangdi a introduit des réformes économiques visant à standardiser les systèmes monétaires et de mesure à travers l’empire. L’utilisation d’une monnaie unique ainsi que des poids et mesures uniformisés a facilité les échanges commerciaux et renforcé l’intégration économique entre les différentes populations de l’empire. Cette uniformisation a contribué à créer un marché intérieur unifié et à stimuler le commerce et le développement économique à grande échelle.

Ces mesures ont été essentielles pour consolider le pouvoir centralisé de l’empire sous le règne de Qin Shi Huangdi, renforçant ainsi son contrôle sur les régions périphériques et contribuant à l’unité et à la prospérité de l’empire chinois ancien.

L’écriture est standardisée

Afin de renforcer le contrôle administratif et la communication à travers l’empire, l’empereur Qin Shi Huangdi a entrepris une réforme majeure dans le domaine de l’écriture. Il a ordonné l’introduction d’une forme d’écriture standardisée, connue sous le nom de “sceau impérial”, dans tout l’empire. Cette écriture standardisée permettait de garantir que les ordres officiels et les communications gouvernementales étaient compris de manière uniforme dans l’ensemble de l’empire.

Cette initiative de standardisation de l’écriture a joué un rôle crucial dans la consolidation du pouvoir impérial en facilitant la transmission efficace des ordres et des décrets impériaux à travers les vastes territoires de l’empire. Elle a également contribué à renforcer l’identité culturelle et politique de l’empire en favorisant une langue écrite commune et en éliminant les disparités dialectales dans la communication officielle.

Despotisme et répression 

L’empereur chinois Qin Shi Huangdi était convaincu de la nécessité de maintenir un contrôle strict sur la société pour assurer la stabilité de son empire. Il adhérait à une philosophie autoritaire, estimant que les individus étaient fondamentalement mauvais et nécessitent une discipline rigoureuse pour se conformer aux lois et aux règlements établis par l’État.

Pour imposer son autorité et réprimer toute forme de dissidence intellectuelle, Qin Shi Huangdi a adopté des mesures draconiennes. Il a ordonné la confiscation et la destruction des ouvrages écrits qu’il considérait comme subversifs ou contraires à la doctrine officielle de l’État. Les érudits et les intellectuels qui osaient contester son autorité ou critiquer ses politiques étaient sévèrement punis, souvent en étant jetés dans des puits et enterrés vivants, comme témoignage de sa politique répressive.

Ces actions ont eu un impact significatif sur la vie intellectuelle et culturelle de l’empire chinois, entraînant la suppression de nombreuses idées et perspectives divergentes. Bien que ces mesures aient contribué à renforcer le contrôle centralisé de Qin Shi Huangdi, elles ont également suscité une réaction de résistance et de mécontentement parmi certains segments de la population.

En l’an -210 : Mort de Qin Shi Huangdi

Qin Shi Huangdi est décédé en 210 av. J.-C., laissant derrière lui un empire chinois unifié mais également des problèmes politiques et sociaux non résolus. Son règne autoritaire a suscité des tensions au sein de la population, et peu après sa mort, l’empire a été confronté à une série de rébellions et d’insurrections. l’influence de Qin Shi Huangdi sur l’histoire de la Chine demeure indéniable, marquant une période de transformation et de consolidation de l’empire chinois.

Le mausolée où il a été enterré est célèbre pour abriter l’armée de soldats en terre cuite, grandeur nature, qui ont chacun un visage différent et qui sont équipés de véritables armes. Cette armée de terre cuite est un exemple remarquable de l’ingéniosité et de la puissance de construction de l’époque.

Entre l’an -202 et l’an 220 : Dynastie des Han

Mandarins 

Sous la dynastie des Han, le gouvernement impérial était soutenu par un vaste corps de fonctionnaires appelés mandarins, chargés de l’administration de l’empire et de la mise en œuvre des politiques gouvernementales à tous les niveaux de la société. Pour accéder à ces postes prestigieux, les aspirants mandarins devaient réussir l’examen impérial conçu pour évaluer les compétences des candidats dans divers domaines, y compris la connaissance des classiques chinois, la maîtrise de la poésie ancienne et la compréhension des enseignements de Confucius et d’autres philosophes chinois. Les candidats devaient également démontrer leur capacité à appliquer ces connaissances dans des situations pratiques liées à l’administration et à la gouvernance de l’empire.

Ce système d’examen impérial était basé sur les idéaux confucéens de méritocratie et de gouvernance éclairée, visant à recruter les fonctionnaires les plus compétents et les plus dignes pour servir l’État. Il a permis à des individus talentueux, indépendamment de leur origine sociale, de gravir les échelons de la fonction publique et de contribuer à la stabilité et à la prospérité de l’empire sous la dynastie des Han.

Tombeaux et trésors 

Les Han croyaient en la vie après la mort et attachaient une grande importance à la préparation des tombes pour assurer le confort et la prospérité du défunt dans l’au-delà. Les tombes des Han étaient aménagées avec une variété d’objets et de provisions destinés à accompagner le défunt dans sa vie posthume. Cela comprenait des vêtements, de la nourriture, des ustensiles de cuisine, des médicaments et d’autres biens nécessaires pour assurer un passage réussi vers l’au-delà.

Les nobles fortunés étaient souvent enterrés avec des costumes en jade, une pierre précieuse hautement valorisée par les Han. On croyait que le jade avait des propriétés protectrices et pouvait empêcher la décomposition du corps, assurant ainsi une préservation prolongée du corps du défunt dans sa tombe. Cette pratique reflétait la croyance des Han en une vie après la mort et leur désir de préserver le corps du défunt pour assurer son bien-être dans l’au-delà.

Ces rituels funéraires étaient une expression importante de la culture et de la spiritualité des Han, démontrant leur engagement envers les traditions ancestrales et leur vision de la vie après la mort. Ils ont également contribué à façonner les pratiques funéraires et les croyances religieuses qui ont perduré dans la société chinoise pendant des siècles.

Les Huns attaquent l’empire Han 

Les Han ont été confrontés à des conflits avec les Huns, un peuple nomade originaire des régions septentrionales. Après des affrontements prolongés, les Han ont finalement réussi à repousser les Huns et à sécuriser leurs frontières septentrionales. Cependant, les guerres constantes et les troubles internes ont sapé la stabilité de l’empire Han.

À mesure que les querelles politiques et les guerres civiles s’intensifient, le pouvoir central de l’empire Han s’affaiblit. Cette instabilité a finalement conduit à la démission du dernier empereur Han, signifiant ainsi la fin de la dynastie Han et l’effondrement de l’empire.

Les causes de l’effondrement de l’empire Han sont complexes et multifactorielles, impliquant des politiques économiques et sociales trop différentes. Les luttes de pouvoir internes, les conflits régionaux, la corruption bureaucratique et les pressions extérieures des peuples nomades comme les Huns ont tous contribué à la chute de cette grande dynastie chinoise.

L’effondrement de l’empire Han a marqué une période de transition tumultueuse dans l’histoire de la Chine, mais il a également ouvert la voie à de nouvelles dynasties et à de nouvelles périodes de développement et de changement dans le pays.

Vers l’an -105 : La route de la soie

La création de la Route de la Soie en l’an -105 est un événement historique majeur qui a eu un impact significatif sur les échanges commerciaux et culturels entre l’Est et l’Ouest. Cette voie commerciale terrestre et maritime était un réseau complexe de routes reliant la Chine ancienne à diverses régions de l’Asie centrale, du Moyen-Orient, de l’Inde, de l’Europe et de l’Afrique du Nord.

L’année -105 marque la période de l’expansion de la dynastie Han en Chine, et c’est pendant cette période que les premiers efforts de connexion avec les régions extérieures ont été entrepris. La Route de la Soie est souvent associée à l’empereur chinois Han Wudi (-156 à -87), qui a cherché à établir des liens diplomatiques et commerciaux avec les peuples voisins et les civilisations étrangères.

La Route de la Soie a facilité le commerce d’une grande variété de produits, notamment la soie chinoise, les épices, les textiles, les métaux précieux, les pierres précieuses, les produits agricoles et bien d’autres encore. Ce réseau commercial a également permis la diffusion des idées, des religions, des langues, des technologies et des cultures entre les différentes régions traversées par la route.

Au fil du temps, la Route de la Soie est devenue un symbole de l’interaction et de la connectivité entre les civilisations de l’Est et de l’Ouest, contribuant à la diffusion des connaissances et à l’émergence de nouvelles formes d’art, de commerce et de pensée à travers le monde connu à l’époque.

Vers l’an 1 à l’an 100 : venu d’Inde, le bouddhisme se répand en chine

Le bouddhisme est arrivé en Chine depuis l’Inde aux premiers siècles de notre ère, principalement par la route de la soie. Cette religion a captivé l’intérêt des Chinois pour ses enseignements sur la souffrance, la compassion et la libération. Adapté aux coutumes locales, le bouddhisme a influencé la culture chinoise, devenant l’une des principales religions du pays et façonnant sa pensée, son art et sa philosophie pendant des siècles.

Vers l’an  100 : Pays des inventeurs

Les Chinois ont été à l’origine d’une série d’inventions majeures qui ont eu un impact profond sur la civilisation mondiale. Ils ont inventé le papier, le compas, la brouette, l’imprimerie, le papier-monnaie, la porcelaine et la soie. Ces innovations ont révolutionné la communication, la navigation, le commerce, la guerre et l’art, façonnant l’histoire et la culture de la Chine et du monde entier.

Papier : Les premières traces de fabrication de papier en Chine remontent à la dynastie Han (206 av. J.-C. – 220 apr. J.-C.). L’invention du papier a révolutionné la communication et l’écriture, permettant la production de documents écrits de manière plus efficace et économique.

Le compas : Le compas magnétique a été inventé en Chine vers le IIe siècle av. J.-C. Il a été utilisé comme outil de navigation pour déterminer les directions, en se basant sur les propriétés magnétiques de l’aiguille aimantée.

La brouette : La brouette, ou chariot à bras, a été inventée en Chine antique et était utilisée pour le transport de marchandises lourdes sur de courtes distances. Son invention remonte également à la dynastie des Han et a été largement utilisée dans l’agriculture, la construction et le commerce.

L’imprimerie : La technique d’impression avec des caractères mobiles en céramique a été développée en Chine vers le XIe siècle, avant l’invention de l’imprimerie occidentale par Gutenberg. Cette innovation a permis une production de masse de livres et d’écrits, favorisant la diffusion du savoir et de la culture.

Le papier-monnaie : La première utilisation de la monnaie papier remonte à la Chine ancienne, vers le VIIe siècle, sous la dynastie Tang. Cette innovation a facilité les échanges commerciaux et financiers, contribuant au développement économique de la Chine et à la création d’un système monétaire plus sophistiqué.

La porcelaine : La porcelaine, un type de céramique fine et translucide, a été développée en Chine pendant la dynastie des Tang (618-907). La porcelaine chinoise est rapidement devenue célèbre pour sa beauté, sa durabilité et sa qualité, et elle est devenue un produit d’exportation très prisé dans le monde entier.

La soie : La sériciculture et la production de soie étaient des industries importantes en Chine depuis des millénaires. La soie chinoise était très recherchée pour sa qualité et sa finesse, et elle était un produit d’exportation précieux vers d’autres régions du monde.

De 220 à 280 : Période des Trois Royaumes

La Période des Trois Royaumes de la Chine, a été marquée par une division politique tumultueuse et des conflits militaires intenses. Elle a débuté après la chute de la dynastie Han, lorsque le royaume de Wei, dirigé par Cao Pi, a pris le contrôle du nord de la Chine, tandis que les royaumes de Shu, dirigé par Liu Bei, et de Wu, dirigé par Sun Quan, contrôlent respectivement le sud-ouest et le sud-est.

Les trois royaumes se sont livrés à des guerres constantes pour étendre leur territoire et leur influence, ce qui a entraîné une période de chaos et d’instabilité politique. Cette période a également été marquée par des intrigues politiques complexes, avec des alliances changeantes entre les différents royaumes et des luttes internes pour le pouvoir.

Pendant la période des Trois Royaumes, il y a eu de grandes réalisations culturelles dans les domaines de la littérature, de l’art et de la philosophie. Finalement, la Période des Trois Royaumes a pris fin avec la réunification de la Chine sous la dynastie Jin, lorsque le royaume de Wei a vaincu Shu et Wu, mettant ainsi fin à des décennies de conflits et de division politique. 

De 265 à 420 : Dynastie Jin

La Dynastie Jin est une période marquée par des troubles politiques et des divisions territoriales. Les divisions internes et les conflits constants ont affaibli la Dynastie Jin, ouvrant la voie à l’émergence de nouvelles dynasties et à des changements politiques majeurs en Chine.

Jin de l’Ouest (265 – 316) : Cette période a été caractérisée par des conflits internes et des guerres civiles. La dynastie Jin a émergé après la chute de la Dynastie des Trois Royaumes, mais elle a rapidement été affaiblie par les luttes pour le pouvoir entre différentes factions. Les guerres incessantes ont affaibli le pouvoir central et ont entraîné une fragmentation du territoire.

Jin de l’Est (317 – 420) : Après la division du Jin de l’Ouest, le Jin de l’Est a été établi dans la région du sud de la Chine. Cette période a également été marquée par des troubles politiques et des conflits entre les différentes dynasties et seigneurs de guerre. Les Jin de l’Est ont lutté pour maintenir leur autorité face aux invasions étrangères et aux rébellions internes.

La Dynastie Jin a contribué pour une transition de la Chine vers de meilleures périodes, notamment les Six Dynasties et la Dynastie Sui. La Dynastie Jin a également été une incroyable période de développement culturel, avec des avancées dans les arts, la littérature et la pensée intellectuelle.

De 420 à 589 : Dynasties du Nord et du Sud

La période des Dynasties du Nord et du Sud s’est caractérisée par une division politique entre le Nord et le Sud de la Chine. Cette division a été le résultat de la chute de la Dynastie Jin en 420, suivie d’une période de guerres et d’instabilité politique.

Division politique

Après la chute de la Dynastie Jin, la Chine a été divisée en plusieurs États et dynasties concurrents, principalement dans le Nord et le Sud. Les principales dynasties du Nord étaient les Wei du Nord, les Wei du Nord, les Qi du Nord et les Zhou du Nord, tandis que les principales dynasties du Sud étaient les Song, les Qi du Sud et les Liang.

Conflits et guerres

La période des Dynasties du Nord et du Sud a été marquée par des conflits incessants entre les États rivaux du Nord et du Sud. Ces guerres ont entraîné des pertes humaines et des destructions importantes, et ont exacerbé les divisions politiques et culturelles entre les régions du Nord et du Sud.

Développements culturels

Malgré les conflits, la période des Dynasties du Nord et du Sud a été un temps de prospérité culturelle. Les arts, la littérature, la calligraphie et la poésie ont prospéré, avec des figures importantes telles que Xie Lingyun, Tao Yuanming et Wang Xizhi émergeant comme des écrivains et des poètes de renom.

Influences étrangères

Pendant cette période, la Chine a été exposée à des influences étrangères, en particulier celles des peuples nomades du Nord et des régions voisines de l’Asie centrale. Cela a contribué à enrichir la culture chinoise et à stimuler les échanges culturels et commerciaux avec d’autres civilisations.

Réunification sous la Dynastie Sui

La période des Dynasties du Nord et du Sud a pris fin en 589, lorsque la Chine a été réunifiée sous la Dynastie Sui. Cette réunification a marqué la fin d’une période turbulente de l’histoire chinoise et le début d’une nouvelle ère de centralisation politique et de consolidation impériale.

De 581 à 618 : Dynastie Sui

La Dynastie Sui, qui a régné sur la Chine de 581 à 618, a été une période de transition importante dans l’histoire chinoise. Voici quelques points clés concernant cette dynastie :

  1. Fondation de la Dynastie Sui : La Dynastie Sui a été fondée par l’empereur Wen, également connu sous le nom de Yang Jian, qui a réussi à unifier la Chine après plusieurs siècles de division et de guerre entre les dynasties du Nord et du Sud.
  2. Centralisation du pouvoir : L’empereur Wen a entrepris des réformes visant à renforcer le pouvoir central et à rétablir l’ordre dans tout l’empire. Il a mis en œuvre des politiques pour centraliser le gouvernement, réformer le système administratif et promouvoir l’égalité devant la loi.
  3. Construction de grands projets : La Dynastie Sui est célèbre pour avoir entrepris de vastes projets de construction, notamment la construction du Grand Canal, qui reliait le fleuve Jaune et le fleuve Yangzi. Cette voie navigable a favorisé le commerce et les échanges entre les différentes régions de la Chine, contribuant ainsi à l’unité économique du pays.
  4. Expansion territoriale : Sous la Dynastie Sui, la Chine a connu une expansion territoriale significative. L’empereur Wen et son successeur, l’empereur Yang, ont mené des campagnes militaires pour étendre les frontières de l’empire vers le nord et le sud, incorporant de vastes territoires sous le contrôle de la dynastie.
  5. Fin de la Dynastie Sui : Malgré ses réalisations, la Dynastie Sui a connu une chute rapide en raison de la tyrannie de l’empereur Yang, des coûts élevés des projets de construction et des rébellions internes. En 618, l’empereur Yang est renversé par un coup d’État, marquant la fin de la Dynastie Sui et ouvrant la voie à l’émergence de la Dynastie Tang.

De 618 à 907 : Dynastie Tang

Sous la dynastie Tang, la Chine a connu une période de prospérité économique et de stabilité politique. Les Tang ont encouragé le commerce, favorisé l’innovation technologique et promu les arts et la culture. Cette période a été marquée par des avancées significatives dans la littérature, la musique, la peinture, la calligraphie et la poésie, avec des poètes célèbres tels que Bai Juyi, Li Bai et Du Fu.

L’expansion territoriale de la dynastie Tang a permis à la Chine d’étendre son influence sur de vastes régions d’Asie centrale, améliorant les routes commerciales importantes telles que la Route de la Soie. Cette expansion a également favorisé les échanges culturels et religieux avec d’autres civilisations, notamment avec l’Inde, le Tibet et les pays musulmans.

De 960 à 1279 : Dynastie Song

Période des inventions majeurs en Chine

L’imprimerie à caractères mobiles (petits caractères individuels en métal ou en bois repositionnables) a révolutionné la diffusion de l’information et a facilité la production de livres en masse, contribuant ainsi à l’essor de la littérature et de l’éducation. C’est l’imprimeur Bi Sheng qui en est à l’origine. Puis l’imprimeur Wang Zhen a rendu les caractères mobiles plus durables et efficaces pour une production plus rapide de livres et de documents.

La boussole à pointeur magnétique à était à ses débuts utilisée principalement comme un instrument divinatoire pour la géomancie. Pour devenir ensuite un instrument de navigation. Il a été largement utilisé pour les voyages en mer, facilitant l’exploration et le commerce à travers les océans, son aiguille s’aligne avec le champ magnétique terrestre, permettant aux marins de s’orienter plus facilement en haute mer en abandonnant la navigation à vue, pour explorer de nouveaux territoires inaccessibles.

La poudre à canon a été utilisée initialement à des fins de feu d’artifice lors de cérémonie. La poudre à canon est composée de trois ingrédients principaux: le salpêtre (nitrate de potassium), le soufre et le charbon de bois. Elle a ensuite été utilisée dans des applications militaires, révolutionnant les techniques de tirs à distance par le développement d’arquebuses, de mousquets et de canons. L’invention de la poudre à canon a laissé un héritage durable dans l’histoire de l’humanité car elle a contribué à remodeler les empires, à redéfinir les frontières et à façonner l’avenir du monde.

Autres domaines d’inventions

La médecine traditionnelle chinoise est l’un des systèmes médicaux les plus anciens et les plus complets au monde, reposant sur des concepts tels que le Yin et le Yang, les Cinq éléments (bois, feu, terre, métal, eau), le Qi (énergie vitale) et les Méridiens (voies énergétiques). La médecine chinoise a contribué à la médecine moderne par l’apport des plantes médicinales. Aujourd’hui, en Chine, la médecine traditionnelle chinoise coexiste avec la médecine occidentale. De nombreux hôpitaux en Chine offrent à la fois des soins de médecine traditionnelle et occidentale, et les praticiens sont formés dans les deux disciplines. 

L’astronomie à servi aux premiers Chinois pour développer un calendrier luni-solaire sophistiqué basé sur les mouvements de la lune et du soleil, puis il a été utilisé pour réguler les activités agricoles. Les astronomes chinois ont développé une variété d’instruments pour observer le ciel, comme les cadrans solaires, les astrolabes, les instruments de mesure des éclipses, les gnomons de mesure des ombres solaires. 

L’architecture en Chine à commencé par l’édification de structures en bois et de terre cuite. L’apparition de la brique et la pierre à permis aux architectes de réaliser des palais, des temples et des tombes, souvent ornés de sculptures et de motifs symboliques. Les toits en pente et les éléments décoratifs deviennent très complexes. Les planificateurs urbains en Chine ont conçu des rues rectilignes, des places centrales et des murs de fortification, pour refléter leur vision de l’ordre cosmologique et de l’harmonie.

La peinture et la calligraphie sont étroitement liées à la philosophie et à la spiritualité. C’est une pratique artistique précoce en Chine. Les styles de peinture chinoise incluent le Gongbi (détail réaliste) et le Xieyi (style libre). Sur des thèmes tels que les paysages, les fleurs et les oiseaux, les portraits et les scènes historiques. La calligraphie est considérée comme une forme d’art à part entière qui a exercé une influence significative sur les arts visuels à travers le monde.

https://www.science-technologie.com/

Dossiers S&T

COMPRENDRE L’APPARITION DES PREMIÈRES TRIBUS SUR TERRE

/// Les premières tribus sont apparues il y a des milliers d'années, à une époque où les humains...

L’HISTOIRE DE NOTRE MONDE – Antiquité – JAPON

/// La période ancienne du Japon, s'étendant de la préhistoire au 8 ème siècle, a vu l'émergence...

L’HISTOIRE DE NOTRE MONDE – Antiquité – INDE

/// L'Inde, depuis ses débuts dans l'Antiquité, a été le berceau d'une histoire complexe et...

L’HISTOIRE DE NOTRE MONDE – Antiquité – CHINE

/// SURVOL SUR L'ÉPOPÉE MILLÉNAIRE DE LA CHINE - L'histoire de la Chine est une saga millénaire...

L’HISTOIRE DE NOTRE MONDE – AMÉRIQUE précolombienne

/// L'Amérique ancienne fait référence à la période de l'histoire des Amériques avant l'arrivée de...

L’HISTOIRE DE NOTRE MONDE – Antiquité – AFRIQUE

/// L'Afrique ancienne représente une période fascinante de l'histoire du continent, offrant un...

L’HISTOIRE DE NOTRE MONDE – Antiquité – EUROPE

/// Les premiers Européens étaient des chasseurs-cueilleurs nomades qui sont apparus il y a environ...

L’HISTOIRE DE NOTRE MONDE – LA ROME ANTIQUE

/// L'histoire de Rome et des Romains s'étend sur près de trois millénaires. Selon la légende, la...

L’HISTOIRE DE NOTRE MONDE – Antiquité – LA GRÈCE

/// La civilisation grecque antique succède à la civilisation mycénienne, prenant fin vers -1200...

Derniers Articles

🔍

COMPRENDRE L’APPARITION DES PREMIÈRES TRIBUS EN ARCTIQUE

/// Les premières tribus sont apparues il y a des milliers d'années, à une époque où les humains vivaient de la chasse, de la cueillette et de la pêche, organisées autour de liens familiaux et de...

COMPRENDRE L’APPARITION DES PREMIÈRES TRIBUS EN RUSSIE

/// Les premières tribus sont apparues il y a des milliers d'années, à une époque où les humains vivaient de la chasse, de la cueillette et de la pêche, organisées autour de liens familiaux et de...

COMPRENDRE L’APPARITION DES PREMIÈRES TRIBUS SUR TERRE

/// Les premières tribus sont apparues il y a des milliers d'années, à une époque où les humains vivaient de la chasse, de la cueillette et de la pêche, organisées autour de liens familiaux et de...

COMPRENDRE L’APPARITION DES PREMIÈRES TRIBUS EN EUROPE

/// Les premières tribus sont apparues il y a des milliers d'années, à une époque où les humains vivaient de la chasse, de la cueillette et de la pêche, organisées autour de liens familiaux et de...

COMPRENDRE L’APPARITION DES PREMIÈRES TRIBUS EN OCÉANIE

/// Les premières tribus sont apparues il y a des milliers d'années, à une époque où les humains vivaient de la chasse, de la cueillette et de la pêche, organisées autour de liens familiaux et de...

COMPRENDRE L’APPARITION DES PREMIÈRES TRIBUS EN AFRIQUE

/// Les premières tribus sont apparues il y a des milliers d'années, à une époque où les humains vivaient de la chasse, de la cueillette et de la pêche, organisées autour de liens familiaux et de...

COMPRENDRE L’APPARITION DES PREMIÈRES TRIBUS AUX AMÉRIQUES

/// Les premières tribus sont apparues il y a des milliers d'années, à une époque où les humains vivaient de la chasse, de la cueillette et de la pêche, organisées autour de liens familiaux et de...

COMPRENDRE L’APPARITION DES PREMIÈRES TRIBUS EN SIBÉRIE

/// Les premières tribus sont apparues il y a des milliers d'années, à une époque où les humains vivaient de la chasse, de la cueillette et de la pêche, organisées autour de liens familiaux et de...

COMPRENDRE L’APPARITION DES PREMIÈRES TRIBUS EN ASIE

/// Les premières tribus sont apparues il y a des milliers d'années, à une époque où les humains vivaient de la chasse, de la cueillette et de la pêche, organisées autour de liens familiaux et de...

COMPRENDRE L’APPARITION DES PREMIÈRES TRIBUS AU MOYEN ORIENT

/// Les premières tribus sont apparues il y a des milliers d'années, à une époque où les humains vivaient de la chasse, de la cueillette et de la pêche, organisées autour de liens familiaux et de...

Visualisation en temps réel de la pêche dans le monde

/// Le traçage par satellite des bateaux de pêche est une technologie qui utilise des satellites en orbite pour surveiller et suivre les déplacements des navires de pêche à travers les océans. Cette...

L’HISTOIRE DE NOTRE MONDE – Antiquité – JAPON

/// La période ancienne du Japon, s'étendant de la préhistoire au 8 ème siècle, a vu l'émergence des premières cultures, l'introduction du bouddhisme, la formation des premiers États centralisés sous...
https://www.science-technologie.com/

Dossiers S&T

COMPRENDRE L’APPARITION DES PREMIÈRES TRIBUS SUR TERRE

/// Les premières tribus sont apparues il y a des milliers d'années, à une époque où les humains...

L’HISTOIRE DE NOTRE MONDE – Antiquité – JAPON

/// La période ancienne du Japon, s'étendant de la préhistoire au 8 ème siècle, a vu l'émergence...

L’HISTOIRE DE NOTRE MONDE – Antiquité – INDE

/// L'Inde, depuis ses débuts dans l'Antiquité, a été le berceau d'une histoire complexe et...

L’HISTOIRE DE NOTRE MONDE – Antiquité – CHINE

/// SURVOL SUR L'ÉPOPÉE MILLÉNAIRE DE LA CHINE - L'histoire de la Chine est une saga millénaire...

L’HISTOIRE DE NOTRE MONDE – AMÉRIQUE précolombienne

/// L'Amérique ancienne fait référence à la période de l'histoire des Amériques avant l'arrivée de...

L’HISTOIRE DE NOTRE MONDE – Antiquité – AFRIQUE

/// L'Afrique ancienne représente une période fascinante de l'histoire du continent, offrant un...

L’HISTOIRE DE NOTRE MONDE – Antiquité – EUROPE

/// Les premiers Européens étaient des chasseurs-cueilleurs nomades qui sont apparus il y a environ...

L’HISTOIRE DE NOTRE MONDE – LA ROME ANTIQUE

/// L'histoire de Rome et des Romains s'étend sur près de trois millénaires. Selon la légende, la...

L’HISTOIRE DE NOTRE MONDE – Antiquité – LA GRÈCE

/// La civilisation grecque antique succède à la civilisation mycénienne, prenant fin vers -1200...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez les derniers articles S&T

Inscrivez-vous à la Newsletter S & T

Restez informé en permanence sur les sujets de votre choix !