Search
Close this search box.
Magasine de Science et Technologie
Search
Close this search box.

* S&T peut avoir recours à l'IA générative pour un meilleur contrôle sur l'exactitude des informations publiées

Search
Close this search box.

Transformation des relations sociales post-COVID-19 : Les nouveaux médias ont le potentiel d’exacerber ou de déformer l’actualité politique.

La pandémie a induit une accélération substantielle du processus de transformation numérique au sein des entreprises. Ces entités ont été contraintes de réajuster leurs modalités opérationnelles et, de manière plus globale, leur structure fonctionnelle. L'adoption généralisée du télétravail, l'exploitation accrue de plateformes numériques, la tenue à distance des assemblées générales, ainsi que l'utilisation de l'économie participative à travers des levées de fonds basées sur des cryptomonnaies sont devenues des pratiques de plus en plus prévalentes dans ce contexte pandémique, et il est envisageable qu'elles s'inscrivent durablement dans le paysage professionnel.

Transformation Des Relations Sociales Post-COVID-19 : Les Nouveaux Médias Ont Le Potentiel D’exacerber Ou De Déformer L’actualité Politique.

La pandémie de Covid-19 n’a pas seulement eu des répercussions que sur notre santé, elle a également perturbé les relations et les interactions sociales. Couvre-feu, distanciation… cette pandémie a eu un réel impact sur nos relations et nos interactions sociales.

Les couleurs de l’œuvre perdue de 1901 de Gustav Klimt, intitulée « Medicine », ont été retrouvées grâce à l’intelligence artificielle.

La survenue de la pandémie de COVID-19, qui a contraint un grand nombre d’individus en France à s’installer chez eux et à adopter le travail à distance, a constitué une opportunité inédite pour explorer les dynamiques complexes des relations sociales dans un contexte largement dématérialisé. À travers l’analyse des données issues des Enquêtes sociales générales de 1972 à 2022, une étude révèle que la pandémie a perturbé de manière significative les schémas traditionnels des rassemblements sociaux impliquant la famille, les amis et les voisins, bien que ces perturbations aient été momentanées.

En nous appuyant sur les résultats des enquêtes nationales portant sur les réseaux sociaux  de 10 000 Français dit “égoïstes” entre 2020 et 2022, nous avons identifié une stabilité globale dans la taille et la composition des réseaux centraux. Toutefois, une tendance notable à l’homophilie politique a émergé parmi les relations non apparentées, marquant une évolution par rapport aux enquêtes menées entre 1985 et 2016.

De manière cruciale, une augmentation de la communication à distance observée au cours de la phase initiale de la pandémie a été corrélée à une interaction renforcée avec des individus partageant des affinités politiques similaires. Cependant, cette homophilie politique a connu un déclin pendant la phase ultérieure de la pandémie, coïncidant avec une reprise des contacts en personne. Ces conclusions mettent en lumière le rôle essentiel des institutions sociales et des rassemblements sociaux en faveur de rencontres spontanées avec des individus issus de milieux politiques divers, soulignant ainsi l’impact dynamique des événements tels que la pandémie sur les structures sociales et les interactions humaines.

Le virus Covid-19, qui a marqué le debut des années 2020, a initié le premier confinement mondial en mars de cette année-là, accompagné de strictes mesures de distanciation sociale et de couvre-feu. Cette pandémie a profondément impacté nos relations sociales et nos interactions, entraînant des changements significatifs dans nos comportements sociaux au cours des deux dernières années. Ces transformations ont eu des conséquences néfastes, comme le soulignent plusieurs études, dont celle de SOS Amitié, qui a enregistré une augmentation d’environ 40% des appels depuis le début de la crise sanitaire.

L’isolement a été une réalité pour de nombreuses personnes, que ce soit pendant les périodes de confinement ou par la suite. Pour les individus se retrouvant seuls, cela représentait un véritable danger, accroissant leur isolement et renforçant le sentiment de solitude, avec des implications négatives sur le bien-être mental. Les personnes âgées, en particulier, ont été touchées, dépendant souvent de visites ponctuelles de proches ou d’échanges avec les commerçants locaux.

Même pour ceux qui ont réussi à maintenir un cercle social étendu pendant la pandémie, celui-ci s’est vu réduit en quantité et en qualité. Nous avons observé un recentrage des relations sociales, avec un retour à l’essentiel pour certains, tandis que d’autres ont perdu des liens importants, principalement en raison de l’entretien en ligne des relations. La peur, devenue omniprésente depuis la crise sanitaire, a profondément affecté les interactions sociales. La méfiance envers autrui a conduit à un repli sur soi, transformant les codes sociaux et altérant durablement nos relations interpersonnelles.

Évolution des rassemblements sociaux informels aux États-Unis de 1972 à 2022. Chaque point représente le pourcentage de personnes participant à une soirée sociale au moins une fois par mois avec des proches, des amis résidant en dehors du quartier, des voisins, ou fréquentant un bar ou une taverne, avec des intervalles de confiance à 95 %. Les pondérations de l’enquête sont ajustées pour l’ensemble de l’analyse. Les intervalles de confiance à 95 % générés par la méta-analyse servent de référence pour déterminer si les estimations des tendances des rassemblements sociaux pendant la pandémie de COVID-19 s’écartent significativement de la tendance générale.

Les crises sont généralement observées comme des occasions de rassembler les gens, de renforcer les liens sociaux et de consolider les communautés. Ces processus sont essentiels pour aider les individus à naviguer dans le stress, les difficultés et l’incertitude qui suivent les catastrophes. Cependant, la pandémie de COVID-19 s’est distinguée des autres catastrophes naturelles, car des normes émergentes et des réglementations étatiques ont imposé la “distanciation sociale”, entravant ainsi les interactions en personne et les rassemblements sociaux nécessaires au maintien des liens sociaux. L’un des changements les plus profonds induits par la pandémie a été le passage de la communication en personne à un monde où la communication à distance est devenue une bouée de sauvetage pour nos vies sociales.

Contrairement aux rassemblements en personne qui favorisent des rencontres spontanées, la communication à distance nécessite des individus qu’ils orientent délibérément leurs interactions sociales. Cet article vise à comprendre comment cette transition vers la communication à distance, avec sa sélectivité inhérente, a affecté la dynamique des réseaux personnels pendant la pandémie de COVID-19. Avant l’ère du COVID-19, les discours universitaires se sont concentrés sur la montée de l’isolement social et la diminution du capital social. Au début du XXIe siècle, a été évoqué le déclin du capital de socialisation en raison de la télévision et d’Internet perturbant les liens communautaires et familiaux traditionnels. Cependant, des recherches ultérieures ont remis en question ces conclusions, suggérant que des artefacts méthodologiques pourraient influencer les résultats.

Une autre source d’isolement social pourrait découler de la politisation de sujets considérés comme “importants” sous une polarisation politique accrue, favorisant la formation d’écho politiques au sein des relations centrales. Durant les élections présidentielle, beaucoup ont discuté de sujets importants avec un petit nombre de confidents partageant des points de vue politiques similaires et ont rompu leurs relations étroites avec des individus politiquement différents. Cette tendance suscite des inquiétudes, car les réseaux traditionnels hors ligne étaient censés favoriser le désaccord politique, essentiel pour le fonctionnement d’une société démocratique.

La présence de diversité dans notre environnement relationnel, même en présence d’une préférence notoire pour l’homophilie, est fondamentale pour la structure de la société. Les liens sociaux se forment sur la base des préférences individuelles, mais seulement lorsque des opportunités structurelles appropriées se présentent. Ces opportunités sont traditionnellement limitées par des frontières physiques, ajoutant ainsi l’élément du hasard aux interactions sociales. Cependant, l’avènement d’Internet et de la communication à distance a modifié ce paradigme, facilitant les interactions sociales au-delà des limites physiques et nous conduisant vers une société interconnectée. Bien que certains universitaires aient exprimé des inquiétudes quant à la possibilité que les nouvelles technologies numériques contribuent à l’isolement social, des preuves empiriques suggèrent que les individus utilisent à la fois les interactions en personne et les canaux à distance pour maintenir et élargir leurs connections sociales.

Cependant, il est difficile d’évaluer dans quelle mesure la connectivité du réseau et l’homophilie sont façonnées par des limites physiques et/ou des canaux à distance en raison de l’influence des préférences individuelles. À cet égard, la pandémie de COVID-19 offre une opportunité unique d’étudier la dynamique des relations sociales dans un monde principalement à distance, étant donné que la pandémie a conduit des millions d’individus à rester chez eux et à travailler à distance.

Les impacts sans précédent de la pandémie de COVID-19 sur pratiquement tous les aspects de la société servent de terrain d’essai pour la résilience des relations centrales. Claude Fischer, en examinant divers indicateurs sociaux sur quatre décennies, a démontré que la résilience des relations centrales est restée relativement inchangée depuis les années 1970, tandis que les relations périphériques étaient plus sujettes à des fluctuations. Même lorsque des changements semblent se produire au sein des relations centrales, il se peut que ce ne soit pas les relations elles-mêmes qui se transforment, mais plutôt les moyens par lesquels nous les maintenons qui évoluent. Cependant, il est plausible que l’absence de changements substantiels dans les schémas de relations centrales soit attribuable à l’absence de changements sociaux marqués qui pourraient les influencer.

Dans ce contexte, les confinements, une réponse omniprésente à la pandémie de COVID-19, ont perturbé les foyers organisationnels traditionnels, réduisant les interactions en personne basées sur ces fondements. Il est crucial d’examiner si la structure et la dynamique de nos relations sociales ont été assez résilientes pour faire face aux transformations profondes induites par la pandémie.

Comment les relations sociales ont elles évolués pendant la pandémie de COVID-19 ? Vers quoi nos relations vont elles évoluer, Sachant qu’elle ont perturbés les foyers interactionnels ; tels que les lieux de travail, les organisations volontaires et les quartiers ?

La pression de la distanciation sociale et la crainte des infections ont probablement réduit les opportunités de contact physique et de rassemblement social, entraînant peut-être la limitation des liens faibles qui pourraient autrement être favorisés par des interactions fortuites en personne et la participation à des activités communautaires. Cependant, cela n’implique pas nécessairement que les réseaux centraux deviendraient plus petits. Avec l’utilisation croissante de la communication numérique pour l’interaction sociale, les individus pourraient être en mesure de maintenir leurs contacts et même de former de nouvelles relations via ces canaux, qui étaient de plus en plus disponibles pendant la pandémie, conduisant ainsi à une augmentation de la taille du réseau.

La diminution des opportunités de rencontres spontanées, associée à l’adoption généralisée de communications à distance, aurait pu renforcer le rôle des préférences individuelles dans la dynamique des réseaux, remplaçant ainsi les relations difficiles par des relations plus faciles. Selon la théorie de l’activation des liens, lorsqu’ils décident avec qui discuter de leurs sujets importants, les individus peuvent délibérément mobiliser des liens sociaux qu’ils préfèrent ou utiliser spontanément ceux qui sont facilement disponibles à ce moment-là. L’utilisation de canaux à distance, à cet égard, pourrait renforcer le rôle du processus délibératif, entraînant un niveau accru d’homophilie politique au sein des relations centrales. Simultanément, la perturbation des foyers interactionnels aurait diminué l’exposition aux liens faibles non apparentés qui sont probablement plus politiquement hétérophiles, réduisant ainsi le rôle du processus spontané dans la promotion de la diversité politique. Cette tendance est plus susceptible de se produire pendant la pandémie, car les contraintes institutionnelles ont été perturbées, offrant potentiellement aux individus une plus grande marge de manœuvre pour éviter des interactions difficiles et fastidieuses avec des non-apparentés, contrairement aux engagements inévitables avec les parents dictés par les devoirs familiaux.

Pour examiner l’influence multifacette de la COVID-19 sur les schémas des relations sociales, nous nous sommes appuyés sur deux principales sources de données. Tout d’abord, nous avons mené trois enquêtes nationales sur les réseaux égo-centriques (c’est-à-dire l’étude des réseaux COVID-19) : la première d’avril 2020 à avril 2021 ; la deuxième en novembre 2021, pendant l’ère Delta de la COVID-19 ; et la troisième en mai 2022, pendant l’ère Omicron de la COVID-19. La force unique de notre enquête réside dans l’utilisation du générateur de noms d’importance qui identifie les confidents proches avec lesquels les gens discutent de sujets importants. Ce générateur avait été largement utilisé pour caractériser les réseaux de discussion centraux dans huit enquêtes nationales de 1985 à 2016. Ces réseaux incluent non seulement la famille proche et les amis, mais aussi ceux qui sont informés sur des sujets importants et ceux disponibles lorsqu’ils se posent, représentant ainsi un environnement interpersonnel important pour l’échange d’informations, d’influence et de soutien social.

Explorer les changements dans les schémas de relations sociales pendant la pandémie nous confronte à plusieurs défis à relever. 

Tout d’abord, il est crucial de discerner si les changements observés dans les relations sociales pendant la pandémie résultent de tendances préexistantes ou sont propres à la pandémie elle-même. Pour estimer les tendances attendues, nous utilisons une méta-analyse multiniveau qui utilise des données de toutes les enquêtes nationales sur les réseaux égoïstes disponibles menées avant la pandémie. Sur la base des résultats, nous établissons une référence pour la comparaison : soit les tendances identifiées, le cas échéant, soit la moyenne globale en leur absence. Nous appliquons la même approche pour créer une référence pour les schémas de rassemblement social en utilisant tous les points de données pré-pandémiques dans le GSS de 1972 à 2018. Dans les deux analyses, nous incorporons des données des dernières étapes de la pandémie, ce qui nous aide à évaluer l’impact durable de la pandémie et à déterminer si les schémas reviennent finalement aux niveaux pré-pandémiques ou persistent. Deuxièmement, nous abordons les problèmes potentiels de comparaison des résultats des échantillons probabilistes précédemment utilisés dans des études antérieures avec la nature non probabiliste de notre étude sur les réseaux COVID-19. Plus précisément, nous avons filtré les réponses de mauvaise qualité et effectué une procédure de pondération post-stratification. Les poids d’échantillonnage résultants nous ont permis d’estimer les taux de vaccination hebdomadaires et les taux d’infection au COVID-19 spécifiques à la race, suivant de près ceux du Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis

Enfin, nous avons abordé la sensibilité contextuelle du générateur de noms de questions importantes (c’est-à-dire, les contextes sociaux peuvent influencer ce que les gens considèrent comme “important”, ce qui influence à son tour avec qui ils parlent) en utilisant plusieurs générateurs de noms (questions importantes, de santé et politiques). Pour une comparaison directe avec les données antérieures sur des réseaux égoïstes, nous présentons principalement les résultats du générateur de noms de questions importantes, bien que nos principaux résultats soient cohérents avec ceux dérivés des multiples générateurs de noms. Même avec ces approches rigoureuses, il est crucial de reconnaître que les schémas identifiés dans notre étude sur les réseaux COVID-19 doivent être interprétés avec prudence. Tout d’abord, il est un fait bien reconnu que les caractéristiques rapportées d’un réseau sont influencées par des facteurs tels que le mode d’enquête, les conceptions d’enquête et les formulations de questions utilisées dans les générateurs de noms de réseau. Bien que les préoccupations puissent être partiellement atténuées en utilisant des intervalles de prédiction plus larges estimés à partir de nos données de référence qui incluent une gamme diversifiée d’ensembles de données pré-pandémiques, il est important de noter que nos données sur les réseaux COVID-19 ont été collectées via des panneaux en ligne opt-in et non probabilistes. Deuxièmement, bien que nous ayons appliqué des méthodes statistiques pour estimer les tendances linéaires comme références, la littérature existante indique que les schémas de réseau, en particulier l’homophilie politique, peuvent fluctuer dans différents contextes, influencés par des événements politiques survenant à divers moments au cours de la même année, tels que les élections. Cependant, la prise en compte des tendances non linéaires pourrait conduire à un surajustement en raison de la limitation des données, et les références incorporant des données collectées à divers moments entraîneraient des intervalles de confiance plus larges au cas où l’hypothèse d’une tendance linéaire ne serait pas valide. Ces défis ne diminuent cependant pas le besoin critique de notre étude, car elle éclaire les façons profondes dont la pandémie a remodelé la dynamique des réseaux.

La dimension moyenne des réseaux de discussion centraux de 1985 à 2022.
Pour une comparaison efficace entre différentes enquêtes, les dimensions des réseaux sont limitées à cinq (c’est-à-dire que la taille maximale du réseau dans les données de 1992 du CNES était de cinq). Les moyennes pondérées de la dimension du réseau, accompagnées d’intervalles de confiance à 95 %, sont présentées. Les intervalles de confiance à 95 % pour la dimension moyenne du réseau en 2020 sont très étroits en raison de la grande taille de l’échantillon. La boîte grise illustre la dimension du réseau de référence ainsi que les intervalles de confiance à 95 % provenant de la méta-analyse. Consultez le tableau S1 pour la répartition des dimensions de réseau et leurs moyennes pondérées à divers seuils dans l’étude sur la COVID-19 et d’autres études.

Rassemblements sociaux pendant la pandémie de la COVID-19

La pandémie de la COVID-19 semble avoir modifié la manière dont les Américains interagissent les uns avec les autres, mais il demeure incertain quelles catégories d’interactions sociales ont changé et pendant combien de temps. La Figure 1 montre les tendances des rassemblements sociaux aux États-Unis de 1972 à 2022 en suivant le pourcentage d’Américains passant des soirées sociales plus d’une fois par mois avec des proches, des amis, des voisins et d’autres personnes dans les bars à partir des données du GSS. Nous observons une tendance générale à la hausse des soirées sociales avec les proches, aucune modification des rassemblements sociaux avec les amis, et une tendance à la baisse des rassemblements sociaux avec les voisins ou d’autres personnes dans les bars. De manière inattendue, pendant la pandémie, toutes ces tendances ont été inversées : une proportion substantiellement plus faible de personnes a passé des soirées sociales au moins une fois par mois avec leurs proches (diminution de 19%), amis (diminution de 26%) et voisins (diminution de 32%) en 2021 par rapport à 2018. Cependant, les modèles de rassemblements sociaux sont rapidement revenus au niveau d’avant la pandémie en 2022, ce qui suggère que la pandémie a peut-être modifié les modèles de rassemblements sociaux seulement momentanément. Les rassemblements sociaux avec les proches en 2022 semblaient toujours être légèrement en dessous de la tendance, contrairement à ceux avec les amis et les voisins. Cela pourrait s’expliquer en partie par le fait que les gens étaient peut-être encore prudents lorsqu’ils se réunissaient avec leurs membres de famille plus âgés, qui étaient plus susceptibles d’être vulnérables à l’infection par la COVID-19. Nous obtenons des résultats similaires si nous transformons la catégorie de réponse en unités quotidiennes approximatives (c’est-à-dire, presque tous les jours = 7 × 52, plusieurs fois par semaine = 3,5 × 52, plusieurs fois par mois = 1 × 52, une fois par mois = 1 × 12, plusieurs fois par an = 4, une fois par an = 1 et jamais = 0) ou utilisons d’autres catégories. Nos conclusions sur les réductions temporaires puis la récupération immédiate des modèles de rassemblements sociaux sont généralement cohérentes avec les modèles de mobilité se rétablissant de l’influence de la pandémie (33). Cependant, à partir de ces modèles seuls, il est difficile de confirmer s’il indique que les Américains étaient plus socialement isolés pendant la pandémie parce qu’ils pouvaient maintenir leurs connexions sociales à distance.

Les compositions relationnelles dans les réseaux de discussion centraux de 1985 à 2022.

Les moyennes pondérées des compositions relationnelles, accompagnées d’intervalles de confiance à 95 %, sont présentées. La catégorie « Autre » est omise ici (voir le tableau S2). Pour tenir compte du fait que des réponses multiples sont autorisées dans les études GSS et CNES, nous effectuons 1000 sélections aléatoires de catégories de relations et prenons la moyenne sur 1000 séries en 1985, 1992, 2004, 2008 et 2010. Plus précisément, nous utilisons une sélection aléatoire basée sur la parenté : d’abord, sélectionner aléatoirement une catégorie de relation parmi les parents, puis sélectionner une catégorie de relation parmi les autres catégories, en supposant que les gens privilégieraient les liens de parenté par rapport aux liens non-apparentés. Le cadre gris montre la taille moyenne du réseau et les intervalles de confiance à 95 % issus d’une méta-analyse des estimations de la taille du réseau de 1985 à 2016. Notez que les données TESS de 2016 ne portaient que sur un alter avec lequel les répondants avaient la dernière conversation, et deuxièmement, les données CNES de 1992 demandaient seulement si les alters étaient leur conjoint ou d’autres membres de la famille sans catégories détaillées.

Taille du réseau et isolement social pendant la COVID-19

Ensuite, nous examinons comment la taille globale des réseaux de discussion centraux, dans lesquels les gens confient leurs affaires importantes, a changé au fil du temps. Pour assurer la validité de nos résultats et écarter la possibilité d’effets de tendance, nous établissons une référence sur la taille des réseaux de discussion centraux à partir de la méta-analyse qui utilise toutes les données disponibles de 1985 à 2016. La Figure 2 montre que la taille moyenne des réseaux de discussion centraux suit les tendances à la baisse de 1985 à 2022 (voir également le tableau S1). Bien qu’il y ait eu un débat en cours sur la validité de la diminution signalée de la taille du réseau de 1985 à 2004, qu’il s’agisse d’un déclin réel ou d’un résultat d’artefacts méthodologiques, il est notable que les tailles des réseaux centraux n’ont jamais rebondi pour égaler la taille en 1985. Apparemment, nous avons impliqué moins de personnes pour discuter de leurs affaires importantes, mais cela pourrait refléter des changements dans ce que les gens considèrent comme des affaires “importantes”.

Pendant la phase initiale de la pandémie, nous avons principalement activé des liens forts, tels que le conjoint (25,6 %), les parents (12,8 %), les enfants (11,7 %), les frères et sœurs (9,9 %) et d’autres membres de la famille (7,4 %), plutôt que des liens faibles tels que l’amitié (23,2 %), les voisins (1,6 %) et les collègues de travail (3,8 %). Ces tendances se sont maintenues lors des phases ultérieures de la pandémie. Nos estimations de l’enquête correspondent principalement à la fourchette des estimations de la méta-analyse, indiquant que la pandémie de COVID-19 n’a pas perturbé de manière significative les schémas établis de composition relationnelle dans les réseaux de discussion centraux, à l’exception de deux cas. Les Américains étaient légèrement plus enclins à se confier à leurs enfants ou voisins par rapport aux tendances établies, mais ces écarts étaient mineurs et ont perdu de leur signification dans les dernières étapes de la pandémie de COVID-19.

Homophilie dans les réseaux pendant la COVID-19

La stabilité et la résilience concernant la taille et la composition des réseaux centraux pendant la pandémie n’impliquent pas nécessairement que leur structure soit restée inchangée. Le remplacement des liens du réseau peut induire des changements dans l’homophilie du réseau en raison du processus de renouvellement du réseau. Comme discuté précédemment, la prolifération des canaux à distance peut permettre aux individus d’activer des liens avec des non-apparentés ayant des orientations politiques similaires, et la perturbation des foyers interactionnels peut diminuer l’exposition aux liens avec des non-apparentés politiquement plus hétérogènes. Ici, nous examinons le niveau d’homophilie dans ces réseaux en mesurant dans quelle mesure nos proches confidents nous ressemblent. L’illustration nous  montre les niveaux d’homophilie absolue avec des intervalles de confiance à 95 % pour cinq caractéristiques différentes de 1985 à 2022. Avant 2020, les réseaux centraux étaient caractérisés par des tendances croissantes en matière d’homophilie éducative et de tendances décroissantes en matière d’homophilie raciale tant dans les liens de parenté que dans les liens non-apparentés. Alors qu’il n’y avait pas de tendances évidentes à la baisse ou à la hausse de l’homophilie politique avant l’ère pré-COVID-19, l’homophilie politique a notablement augmenté pendant la pandémie, en particulier parmi les liens non-apparentés. Par exemple, en 1987, environ 52 % des confidents partageaient la même appartenance partisane que les répondants, ce chiffre passant à 68 % en 2020. Cependant, la hausse de l’homophilie politique semble avoir diminué dans les phases ultérieures de la pandémie de COVID-19.

Cependant, il convient de noter que ces évolutions dans l’homophilie absolue pourraient éventuellement découler des changements dans la composition démographique, la distribution idéologique aux États-Unis, ou encore des variations dans la distribution des tailles de réseau. Afin de résoudre ces problématiques, nous identifions l’homophilie de choix en utilisant des modèles de mélange aléatoire (voir la section Matériaux et Méthodes). L’illustration montre les tendances de l’homophilie de choix selon les caractéristiques sociodémographiques et l’affiliation partisane, où la ligne en pointillés à un représente le résultat attendu par défaut d’un mélange aléatoire, tandis que les valeurs supérieures à un indiquent une homophilie significative. Ces analyses confirment le principe général de l’homophilie dans les réseaux, selon lequel “la similitude favorise la connexion”, à l’exception du critère du sexe.

Une observation intéressante de la méta-analyse est l’augmentation de l’homophilie en termes de choix raciaux, notamment au sein des liens familiaux. Notre analyse supplémentaire de l’homophilie en termes de choix racial par différents groupes raciaux révèle que cette augmentation était plus prononcée chez les Blancs que chez les autres groupes raciaux, Plus précisément, de 2008 à 2016, nous avons observé une augmentation substantielle de l’homophilie en termes de choix racial parmi les Blancs, parallèlement à l’augmentation de la proportion de “groupes raciaux autres”. Ce résultat est largement conforme aux travaux existants montrant que les Blancs cherchent à renforcer une division entre Blancs et non-Blancs à la suite de la croissance de la population hispanique, bien qu’il soit surprenant d’observer un schéma similaire dans des relations sociales réelles plutôt que dans des groupes raciaux hypothétiques et stéréotypés.

La modification la plus notable pendant la pandémie de COVID-19 est une nette augmentation de l’homophilie en termes de choix politiques, en particulier parmi les liens non familiaux. Le schéma général, avec des niveaux inférieurs d’homophilie en termes de choix politiques parmi les liens non familiaux par rapport aux liens familiaux, a été inversé pendant la pandémie, de sorte que l’homophilie en termes de choix politiques était similaire entre les liens familiaux et non familiaux. En décomposant l’homophilie en termes de choix politiques parmi différents groupes partisans, nous constatons que l’homophilie en termes de choix parmi les Républicains et les Démocrates est plus élevée que celle parmi les Indépendants et les non-votants, bien que le niveau d’homophilie en termes de choix politiques ait augmenté dans une mesure similaire pour ces quatre groupes, tant parmi les liens familiaux que non familiaux, depuis 2016. Notamment, la pandémie de COVID-19 a entraîné une hausse particulièrement notable de l’homophilie en termes de choix politiques parmi les liens non familiaux. Cela est préoccupant car les liens non familiaux, tels que ceux avec les collègues de travail et les amis, facilitent généralement les opportunités d’interactions inter- idéologiques et de délibération politique. Enfin, après les phases initiales de la pandémie, il y a eu une baisse de l’homophilie en termes de choix politiques dans les périodes suivantes. Cette tendance suggère que certains facteurs propres à la pandémie pourraient contribuer à l’émergence de chambres d’écho politiques au sein des réseaux personnels, bien que ces effets puissent être temporaires. Nos conclusions jusqu’à présent démontrent que nous avons eu tendance à s’appuyer davantage sur des confidents politiquement similaires pendant la pandémie, sans changements marqués dans la taille du réseau ou la composition des relations.

Le niveau d’homophilie de choix selon les types de parenté de 1985 à 2022. L’homophilie de choix est mesurée. Étant donné que l’homophilie de choix est mesurée par le rapport de l’homophilie absolue sur l’homophilie due au hasard, nous pouvons identifier les relations homophiles si elle est significativement supérieure à un (c’est-à-dire, la ligne pointillée noire), et les relations hétérophiles si elle est inférieure à un. Les moyennes pondérées de l’homophilie de choix avec des intervalles de confiance à 95 % sont présentées. Les intervalles de confiance à 95 % pour l’homophilie de choix en 2020 sont très étroits en raison de la grande taille de l’échantillon. Le cadre gris montre la moyenne de l’homophilie de choix et les intervalles de confiance à 95 % issus de la méta-analyse sur toutes les estimations disponibles de l’homophilie de choix avant 2020. Les points rouges représentent les moments où les intervalles de confiance à 95 % de l’homophilie de choix de 2020 à 2022 sont plus grands que ceux de la méta-analyse.

Nous orientons maintenant notre attention vers le rôle de la communication à distance pour explorer comment les réponses des gens face à la pandémie à travers des canaux à distance, et face à la pression de la distanciation sociale ou la peur des infections, pourraient influencer l’augmentation observée de l’homophilie politique au sein des réseaux personnels.

Le rôle des canaux de communication à distance pendant la pandémie Un changement social majeur induit par la pandémie a été l’adoption rapide de canaux de communication à distance, tels que Zoom, dans divers contextes organisationnels et institutionnels. Pour examiner comment les gens sont restés connectés les uns avec les autres malgré la distanciation physique, nous avons demandé quels canaux de communication les gens utilisaient dans leurs conversations récentes avec chaque confident. La Figure S9 montre qu’au cours des moments initiaux de la COVID-19 jusqu’en avril 2021, les Américains ont activé 58,6 % de leurs liens par des contacts en personne, suivis du téléphone (45,3 %), des messages texte (34,7 %), des appels vidéo (14,5 %), des services de réseau social (9,5 %), de l’e-mail (8,0 %) et d’autres canaux (1,9 %). Cette préférence pour les canaux de communication traditionnels plutôt que pour les nouvelles technologies est conforme aux résultats antérieurs de l’enquête PEW de 2008 (40). À mesure que la menace de la COVID-19 diminuait en raison d’une combinaison de gravité réduite du virus et de vaccinations généralisées, la proportion de ceux qui utilisent le contact en personne a augmenté progressivement au cours des dernières phases de la pandémie (62,3 % pendant la vague Delta de la COVID-19 et 64,5 % pendant la vague Omicron de la COVID-19), et la proportion de ceux qui utilisaient la vidéo ou les services de réseau social pour les discussions centrales a diminué. Étant donné que les réseaux de discussion centraux comprennent souvent des membres de la famille qui résident dans le même domicile, il est crucial d’évaluer dans quelle mesure les gens comptent sur des liens à l’intérieur du foyer ou entre les foyers tout au long de la pandémie. Dans notre enquête, environ 37,9 % des confidents vivaient dans le même ménage pendant la période initiale de la pandémie, ce chiffre diminuant progressivement au cours des périodes ultérieures de la pandémie (36,8 % pendant la vague Delta de la COVID-19 et 35,8 % pendant la vague Omicron de la COVID-19). Contrairement aux 22,2 % documentés dans l’enquête PEW de 2008, nos résultats suggèrent que pendant la pandémie, les Américains avaient plus tendance à mobiliser des liens domestiques. Ensuite, nous comparons la distribution des liens réseau à travers les emplacements géographiques et les canaux de communication entre l’enquête PEW de 2008 et notre enquête sur la COVID-19 (voir tableau S3). Au début de la pandémie, les Américains ont montré deux tendances divergentes : s’engager dans des contacts en personne avec leurs confidents vivant dans le même ménage (32,7 %) ou utiliser des canaux de communication à distance avec leurs confidents vivant dans un autre ménage (40,1 %). La proportion de communication à distance avec des confidents vivant dans un autre ménage a augmenté de 18,7 points de pourcentage, tandis que la proportion de communication en personne avec des confidents dans le même ménage a augmenté de 9,4 points de pourcentage pendant la pandémie par rapport à 2008. Par exemple, en 2008, 54,7 % des Américains utilisaient le contact en personne avec quelqu’un vivant dans un autre ménage, mais pendant la pandémie, seulement 23,9 % utilisaient ces contacts. De plus, l’augmentation des contacts en personne dans les phases ultérieures de la pandémie provenait principalement de relations avec des ménages différents. Jusqu’à présent, ces résultats montrent que les Américains ont réussi à maintenir des relations sociales étroites pendant la pandémie grâce à des interactions en face à face avec des alter ego vivant dans le même domicile ou à maintenir des liens avec d’autres géographiquement éloignés via des canaux de communication à distance. Quelles pourraient être les implications des tendances divergentes d’interactions en face à face géographiquement proches et d’interactions à distance géographiquement éloignées pour l’homophilie politique ? Pour répondre à cette question, nous estimons des modèles de régression logistique au niveau dyadique pour examiner comment l’utilisation de canaux de communication à distance par rapport aux canaux de communication en personne est associée à l’homophilie politique, tout en contrôlant les caractéristiques socio-démographiques individuelles et la localisation des alter ego. Les résultats, présentés dans la Fig. 6 (à gauche), reproduisent de manière cohérente un schéma général selon lequel l’homophilie est plus forte parmi les liens familiaux par rapport aux liens non familiaux (41). Plus précisément, l’utilisation exclusive de canaux de communication à distance ou une combinaison de canaux à distance et en personne, par opposition à l’utilisation exclusive de canaux en personne, était associée à une augmentation de plus de quatre points de pourcentage de l’homophilie politique parmi les liens non familiaux. Cela soutient l’idée que l’élévation de l’homophilie politique au sein des liens non familiaux pendant la pandémie était motivée par des préférences individuelles s’étendant au-delà des frontières locales et physiques. En revanche, l’utilisation de canaux à distance était associée à une diminution de l’homophilie politique parmi les liens familiaux. Cela suggère que l’activation des liens familiaux peut ne pas être uniquement motivée par les préférences individuelles. Dans des situations où l’activation des liens n’est pas entièrement un choix individuel en raison des obligations familiales et des normes, les canaux de communication à distance peuvent servir de moyen pour interagir avec d’autres familles qui peuvent avoir des opinions différentes, sans nécessité de rencontres en personne pendant la pandémie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez les derniers articles S&T

Inscrivez-vous à la Newsletter S & T

Restez informé en permanence sur les sujets de votre choix !