Search
Close this search box.
Magasine de Science et Technologie
Search
Close this search box.

* S&T peut avoir recours à l'IA générative pour un meilleur contrôle sur l'exactitude des informations publiées

Search
Close this search box.

Leurs rêves partent en fumée

/// Le cerveau des enfants est en développement ! Si de nombreux pays assouplissent les lois sur le cannabis, les spécialistes en neurosciences nous mettent en garde contre les dangers du cannabis pour les enfants. /// Crédit photo : S&T / FreePik

Pas de cannabis pour les enfants !

Le cerveau des enfants est en développement ! Si de nombreux pays assouplissent les lois sur le cannabis, les spécialistes en neurosciences nous mettent en garde contre les dangers du cannabis pour les enfants.
https://www.science-technologie.com/
/// Feuilles de cannabis /// Crédit Photo : FreePik

Un matin de juin, Yasmin Hurd, neuroscientifique, a donné une présentation sur les effets du cannabis devant des éducateurs et spécialistes travaillant avec des enfants du South Bronx, où l’accès au cannabis inquiète. Hurd a expliqué comment le THC, l’ingrédient psychoactif du cannabis, perturbe les récepteurs présents dans tout le cerveau, affectant la cognition, la coordination motrice, la mémoire et la régulation émotionnelle.

Les recherches de Hurd suggèrent que l’utilisation de cannabis peut être particulièrement problématique pour le cerveau en développement, exposant les jeunes à des risques de troubles psychiatriques. Ses études, menées sur des rats, des tissus fœtaux humains et des enfants, ont révélé des altérations génétiques et des changements dans le câblage cérébral, pouvant contribuer à ces effets. Ses collègues reconnaissent son leadership dans la consolidation des résultats entre différentes espèces. Les dommages potentiels varient d’un individu à l’autre, avec des risques moindres pour les adultes, car les effets du cannabis tendent à diminuer après l’arrêt de la consommation.

La recherche sur les effets du cannabis sur le développement s’est intensifiée ces dernières années, mais Hurd est une pionnière dans ce domaine, selon Melis. Son travail est devenu crucial alors que de plus en plus d’États aux États-Unis légalisent le cannabis pour un usage récréatif. Nestler met en garde contre les coûts potentiels de cette légalisation, soulignant que le cannabis devient plus accessible aux femmes enceintes et aux enfants. La puissance des produits a également augmenté, avec une réglementation insuffisante.

Potentiel THC en augmentation 

L’analyse des échantillons illégaux de plantes de cannabis, de résines et d’huiles saisis par l’administration américaine de lutte contre la drogue révèle une augmentation significative de la concentration de tétrahydrocannabinol (THC), l’ingrédient psychoactif principal, au cours des dernières décennies. Cette tendance coïncide avec la légalisation croissante de l’utilisation du cannabis par les États.

https://www.science-technologie.com/

Bien que Hurd s’oppose à la criminalisation du cannabis, elle craint que sa légalisation ne favorise une culture permissive et une perception erronée de sa sécurité. Elle espère que sa recherche sensibilisera aux dangers potentiels. Ses premières expériences scientifiques, menées dès l’enfance en Jamaïque, témoignent de sa curiosité naturelle et de sa propension à remettre en question les normes établies.

Dans les années 1970, après le divorce de ses parents, Hurd a déménagé à New York avec sa mère et ses frères et sœurs, où elle a immédiatement aimé l’agitation de la ville. Malgré les défis en tant que fille noire dans ses classes d’honneur au lycée de Brooklyn, elle a excellé en sciences et a étudié l’allemand pour lire des expériences classiques. Sa famille valorisait l’éducation, ce qui l’a motivée à poursuivre des études universitaires.

À Binghamton University, elle a créé un nouveau diplôme pour elle : un B.A. en biochimie et comportement, qui combinait ses intérêts pour la chimie et le comportement. En école supérieure à l’Institut Karolinska à Stockholm, ses collègues américains lui ont donné une autre leçon sur les attentes élevées. En tant que postdoctorante à l’Institut national de la santé mentale dans les années 1990, elle a appris de nouvelles techniques de biologie moléculaire pour étudier les effets de la cocaïne sur le cerveau des rongeurs, mais elle voulait que ses recherches aient une pertinence humaine.

Après avoir découvert qu’un pathologiste des National Institutes of Health avait établi une banque de cerveaux comprenant des personnes ayant utilisé de la cocaïne, elle a entrepris de mesurer les transcriptions d’ARN messager (ARNm) persistantes dans les tissus post-mortem, dans l’espoir d’évaluer l’expression génique dans les cerveaux des utilisateurs. D’autres scientifiques lui ont dit qu’elle était sur une voie sans issue car, selon eux, l’ARNm devient instable après la mort. Cependant, elle leur a prouvé le contraire et a pu identifier des changements moléculaires chez les humains correspondant à ceux observés chez les rats exposés à la cocaïne, ainsi que des différences clés entre les espèces dans les régions du cerveau associées à la récompense.

https://www.science-technologie.com/
/// La neuroscientifique Yasmin Hurd examine une lame de tissu cérébral humain donné avec des étudiants dans son laboratoire à l'École de médecine Icahn du Mont Sinaï. /// Photo : Alamy

Lorsque Hurd est retournée au Karolinska dans les années 1990, elle a créé sa propre banque de cerveaux, principalement constituée d’utilisateurs de substances comme l’amphétamine et l’héroïne. Cette collection, étendue au Mont Sinaï, a permis de confirmer la pertinence des mécanismes étudiés en laboratoire sur des modèles animaux pour les humains. Ses premières recherches sur le cannabis ont été réalisées principalement avec des rongeurs et ont remis en question l’hypothèse selon laquelle l’utilisation précoce de cannabis pourrait être une passerelle vers d’autres drogues, en suggérant une possible connexion biologique plutôt que environnementale.

Pour étudier cela, l’équipe de Hurd a exposé des rats adolescents au THC, ce qui a conduit à une auto-administration accrue d’héroïne par la suite. Cette exposition précoce au THC a également modifié l’expression génique dans une zone du cerveau liée à la récompense, suggérant une altération du système opioïde naturel du cerveau. Ces découvertes ont été publiées en 2007 dans Neuropsychopharmacology, renforçant l’hypothèse de la passerelle et soulignant le rôle de la biologie dans la dépendance au cannabis, un trouble qui affecte jusqu’à 30 % des utilisateurs selon l’Institut national sur l’abus de drogues.

Les adolescents sont particulièrement vulnérables en raison du rôle central joué par le système endocannabinoïde dans le développement cérébral. Ce système influe sur la maturation du cortex préfrontal, une région du cerveau essentielle pour l’autorégulation et la prise de décision. En 2019, les recherches de Hurd et de ses collègues ont démontré que l’exposition répétée au THC chez les rats adolescents avait altéré la forme et la fonction des neurones dans leur cortex préfrontal. L’illustration ci-dessous montre ces changements avec un neurone dont la structure s’est simplifiée, caractérisée par des branches moins nombreuses et atrophiées, ce qui réduit les connexions avec d’autres neurones.

/// Les neurones dans le cortex préfrontal de jeunes rats adultes exposés de manière répétée au tétrahydrocannabinol (THC) pendant l’adolescence présentent moins de branches et des branches plus courtes que ceux des rats non exposés ///

Son étude a également révélé que l’expression génique dans les neurones exposés au THC des rats présentait des similitudes avec celle observée chez les personnes atteintes de schizophrénie. Ces résultats suggèrent que l’usage précoce de cannabis pourrait contribuer au développement de ce trouble psychiatrique, ce qui est cohérent avec des études épidémiologiques. De plus, des recherches sur les adolescents européens ont montré que l’utilisation de cannabis était associée à un amincissement du cortex préfrontal et à une impulsivité accrue. Cependant, beaucoup reste inconnu sur les risques à long terme de l’utilisation de cannabis à l’adolescence, et une étude longitudinale en cours sur des enfants américains devrait apporter des informations cruciales.

Cependant, quelle que soit la variable en jeu, la montée en puissance du cannabis accentue probablement les risques. Dans un article paru en 2022 dans Molecular Psychiatry, Hurd et Ferland ont montré qu’une exposition à une forte dose de THC chez les rats les rendait sensibles au stress environnemental, les conduisant à éviter les autres et à rechercher davantage de récompenses sucrées. Une étude ultérieure publiée dans JAMA Psychiatry a révélé que le THC à forte dose induisait également chez les rats des comportements de jeu risqués similaires à ceux observés chez les personnes ayant un trouble de la consommation de cannabis.

https://www.science-technologie.com/
https://www.science-technologie.com/
/// L'ouverture de la première boutique de cannabis récréatif à New York City en décembre 2022 a attiré de longues files d'attente. À l'intérieur, un employé organisait des bocaux de fleurs de cannabis. /// Photo : FreePik

Les effets du THC à doses élevées et faibles sur le cerveau des rats sont différents. Les doses élevées ont modifié la forme des astrocytes, des cellules de soutien des neurones, et ont altéré l’expression génique liée au neurotransmetteur inhibiteur GABA. En revanche, la consommation à faible dose a principalement affecté la forme des neurones et les schémas d’expression génique, ainsi que provoqué des changements dans le système opioïde. On ne sait pas encore si des changements similaires se produisent dans le cerveau humain, mais Hurd estime que les études sur les rats suggèrent des liens biologiques préoccupants entre l’utilisation du cannabis et les systèmes de neurotransmetteurs impliqués dans divers comportements.

Dans une étude de 2019, 7% des filles et femmes âgées de 12 à 44 ans ont déclaré avoir utilisé du cannabis pendant leur grossesse. Ce pourcentage a doublé entre 2002 et 2017, selon les chercheurs, et il pourrait être encore plus élevé aujourd’hui. En conséquence, le fœtus est inévitablement exposé car le THC traverse facilement le placenta pour atteindre le cerveau fœtal.

Pour étudier les effets potentiels, Hurd a collaboré avec Diana Dow-Edwards, qui avait accès à des tissus fœtaux de femmes ayant consommé du cannabis. Leur étude a révélé des altérations dans le système dopaminergique du cerveau fœtal, suggérant que l’exposition au cannabis in utero pourrait perturber la régulation émotionnelle et augmenter la vulnérabilité à la dépendance. Le THC a également affecté le système opioïde naturel du cerveau et modifié la structure des neurones en développement, ce qui a entraîné des conséquences comportementales chez les rats exposés in utero.

https://www.science-technologie.com/
/// Le récepteur de type 1 des cannabinoïdes, une cible pour l'ingrédient psychoactif du cannabis, est présent dans tout le cerveau humain adulte (les couleurs chaudes représentent des concentrations plus élevées). /// Photo : FreePik

Peu après son arrivée à Mount Sinai, Hurd a collaboré avec Yoko Nomura, une professeure adjointe, pour étudier les effets du cannabis sur les enfants exposés in utero. Pendant 15 ans, ils ont suivi 724 enfants dont les mères avaient utilisé du cannabis pendant la grossesse. Leurs résultats, publiés en 2021, ont révélé des associations entre l’utilisation maternelle de cannabis et des problèmes de comportement chez les enfants de 3 à 6 ans, ainsi qu’une augmentation du cortisol dans les cheveux, indiquant un stress accru. L’ouragan Sandy en 2012 a amplifié ces effets. Les enfants exposés au cannabis et à Sandy in utero étaient beaucoup plus susceptibles de développer des troubles du comportement et de l’anxiété.

Ce travail suggère que les effets du cannabis sur les enfants pourraient être amplifiés dans des communautés confrontées à des défis psychosociaux plus importants, comme la pauvreté et la violence. Hurd soutient la légalisation du cannabis mais appelle à des réglementations limitant sa puissance et à l’utilisation des recettes fiscales pour l’éducation et le traitement. Malgré les obstacles financiers, elle continue à lutter pour fournir des services de traitement de la dépendance, car elle croit fermement à aider les personnes touchées à retrouver une vie normale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 réflexion sur “Leurs rêves partent en fumée”

Recevez les derniers articles S&T

Inscrivez-vous à la Newsletter S & T

Restez informé en permanence sur les sujets de votre choix !