Search
Close this search box.
Magasine de Science et Technologie
Search
Close this search box.

* S&T peut avoir recours à l'IA générative pour un meilleur contrôle sur l'exactitude des informations publiées

Search
Close this search box.

L’avenir de la robotique : Comment les robots vont-ils changer le monde ?

Photographie : Robots ouvrier destinés à accomplir des taches contraignantes / Résumé de l'article : Nous allons nous plonger au cœur de la nature des robots, examinons attentivement leur utilisation actuelle, et sondons les potentialités considérables qui pourraient redéfinir notre monde dans le futur. Lorsque le terme "robot" est évoqué, notre imaginaire peut aisément se projeter vers des automates humanoïdes d'inspiration tirée de la science-fiction. Cependant, bien que ces créations demeurent majoritairement fictives, une pléthore d'autres types de robots œuvrent concrètement dans notre société contemporaine. Ainsi se pose la question cruciale : qu'est-ce que les robots incarnent réellement, et de quelle manière influencent-ils l'évolution de notre planète?

L’avenir de la robotique : Comment les robots vont-ils changer le monde ?

Nous allons nous plonger au cœur de la nature des robots, examinons attentivement leur utilisation actuelle, et sondons les potentialités considérables qui pourraient redéfinir notre monde dans le futur. Lorsque le terme “robot” est évoqué, notre imaginaire peut aisément se projeter vers des automates humanoïdes d’inspiration tirée de la science-fiction. Cependant, bien que ces créations demeurent majoritairement fictives, une pléthore d’autres types de robots œuvrent concrètement dans notre société contemporaine. Ainsi se pose la question cruciale : qu’est-ce que les robots incarnent réellement, et de quelle manière influencent-ils l’évolution de notre planète?

/// Porche d’entrée de la Grotte de la Roche Cotard – Sur la droite, on peut distinguer l’archéologue Jean-Claude Marquet  ///

Ce qui nous conduit à scruter l’histoire riche et variée des robots, à classifier les différentes catégories qui composent cette mosaïque technologique, et à évaluer les avantages et les inconvénients inhérents à leur utilisation. L’impact potentiel des robots sur notre avenir constitue également un aspect central de notre investigation, ouvrant la voie à des réflexions prospectives sur la transformation de nos modes de vie et de travail.

Par ailleurs, pour quiconque souhaite s’immerger dans le domaine fascinant de la robotique, nous mettons en lumière les compétences indispensables pour amorcer ce parcours passionnant. Ces compétences incluent une compréhension approfondie des fondements théoriques de la robotique, une maîtrise des technologies émergentes telles que l’intelligence artificielle, et une aptitude à résoudre des problèmes complexes, caractéristique cruciale dans le domaine.

Enfin, pour accompagner les esprits curieux dans cette aventure scientifique et technologique, nous recommandons quelques cours spécialisés qui offrent l’opportunité de développer des compétences concrètes et d’approfondir les connaissances nécessaires pour embrasser pleinement le domaine passionnant de la robotique.

Qu’est ce qu’un robot ? 

Démarrons par l’établissement de certaines définitions. Bien que le concept de robots soit familier à la plupart d’entre nous, il peut être complexe de les définir de manière distincte par rapport à d’autres types de machines. Il devient évident que les robots se démarquent des autres machines par leur mode d’interaction avec le monde. Leur capacité à apporter des modifications à leur environnement en fonction de leurs actions et à réagir de manière adaptative à ce qui les entoure les singularise.

Les systèmes robotiques peuvent être appréhendés comme des outils interconnectés, interactifs, cognitifs et physiques qui possèdent la capacité de percevoir leur environnement grâce à des capteurs, de raisonner sur les événements, de concevoir des plans à travers l’application d’algorithmes intégrés dans des programmes informatiques, et d’exécuter des actions au moyen d’actionneurs.

Les robots, en tant qu’outils, se distinguent par leur capacité autonome à percevoir, raisonner, planifier et agir. Au-delà de l’exécution indépendante de tâches, ils peuvent également étendre les capacités humaines et reproduire les actions humaines. Il convient de noter que le terme “robot” trouve son origine dans le mot tchèque “robota”, signifiant travail forcé, évoquant ainsi la notion d’une entité capable de travailler de manière autonome.

Cette définition élargie offre une perspective plus approfondie sur la complexité et la polyvalence des robots en tant qu’entités technologiques, soulignant leur capacité à interagir de manière dynamique avec leur environnement, à raisonner de manière algorithmique, et à exécuter des actions variées pour accomplir des tâches spécifiques.

/// Robot d’observation et de localisation dans l’environnement capable de s’introduire à l’intérieur d’un bâtiment, franchir des obstacles et des escaliers pour ramasser des objets, pour filmer, tourner une vanne, déposer ou prendre des objets, effectuer diverses mesures  ///

Qu’est ce que la robotique?

La robotique se définit comme la discipline dédiée à la conception de robots, constituant un domaine multidisciplinaire où convergent l’informatique, l’ingénierie et la technologie. Les experts en robotique s’investissent dans la conception, la construction, le fonctionnement et l’exploitation des robots, intervenant dans une variété de contextes.

Historiquement, la robotique s’est principalement concentrée sur la création de robots destinés à accomplir des tâches simples ou répétitives à grande échelle, ou encore à opérer dans des conditions dangereuses où l’intervention humaine serait autrement impossible. Cependant, les progrès récents en matière d’apprentissage automatique et d’intelligence artificielle laissent entrevoir une évolution vers des interactions plus étroites entre l’homme et le robot dans le futur.

L’industrie de la robotique est en passe de connaître une croissance significative dans les années à venir. Les estimations prévoient que le secteur pourrait atteindre une valeur pouvant s’élever jusqu’à 260 milliards de dollars d’ici 2030. Cette expansion sera largement stimulée par les robots de services professionnels qui exécutent des tâches pratiques pour les êtres humains, telles que le nettoyage, la livraison et le transport. Cette évolution annonce un paysage robotique en constante mutation, où les applications et les interactions entre l’homme et la machine devraient prendre une place de plus en plus prépondérante.

/// Pour épauler les troupes armées lors des opérations, le robot Maars est un robot chenille surmonté d’une mitrailleuse permettant aux soldats de tirer à distance  ///

Quel sont les différents types de robots 

Bien que le concept de robots ait été présent depuis de nombreuses années, leur complexité et leur utilisation ont connu une croissance significative au cours des dernières décennies. Actuellement, les robots trouvent de nombreuses applications pratiques dans une multitude de domaines divers.

Divers types de robots sont à noter :

  1. Industriels : Les robots sont couramment employés dans des tâches industrielles simples et répétitives, telles que les processus d’assemblage sur les lignes de production, la préparation de commandes, le soudage, et d’autres fonctions similaires. Leur utilisation apporte fiabilité, précision et rapidité aux opérations industrielles.
  2. Militaires : Les avancées récentes ont conduit les forces militaires du monde entier à intégrer des robots dans divers domaines, comprenant les drones aériens sans pilote, les véhicules terrestres sans pilote, le triage et la surveillance, les robots militaires aéroportés, les Robots démineurs, les Robot IR, 
  3. Services : L’un des secteurs de croissance prédominants dans le domaine de la robotique concerne l’industrie des services personnels. Les applications englobent des tâches manuelles telles que la distribution de nourriture et le nettoyage, offrant ainsi une automatisation accrue dans notre vie quotidienne.
  4. Exploration : Les robots sont fréquemment déployés pour accéder à des zones hostiles ou difficilement accessibles. Un exemple marquant est leur utilisation dans l’exploration spatiale, avec des engins tels que le rover Curiosity sur Mars, participant ainsi à l’expansion de notre connaissance des mondes extraterrestres.
  5. Environnements dangereux : Certains environnements présentent des risques pour la sécurité des êtres humains, notamment les zones sinistrées, les endroits avec un niveau élevé de radiation, et les environnements extrêmes, faisant des robots des outils essentiels pour ces missions périlleuses.
  6. Médicaux : Dans le secteur de la santé, les robots médicaux jouent un rôle crucial, que ce soit dans la gestion d’échantillons de laboratoire, l’assistance lors de procédures chirurgicales, ou encore la contribution à des domaines tels que la rééducation et la physiothérapie, démontrant ainsi leur impact positif sur le domaine médical.
  7. Divertissement : De nos jours, l’acquisition de robots à des fins récréatives est de plus en plus répandue. Des robots jouets populaires sont disponibles sur le marché, et des initiatives originales telles que des restaurants entièrement gérés par des robots ou des statues géantes de robots ajoutent une dimension ludique à l’utilisation de cette technologie. Cette tendance souligne la place croissante des robots dans le domaine du divertissement et de la détente.

/// Robot d’exploration extraterrestre, le Rover Curiosity est embarqué dans la mission MSL – Mars Science Laboratory  ///

Quand Aristote a décrit “le bonheur complet de l’homme”, il pensait qu’il inclurait, entre autres choses, “l’autosuffisance, la tranquillité et l’absence de fatigue”. Malheureusement, le philosophe a conclu que “telle vie serait trop élevée pour l’homme” – elle convient uniquement aux dieux. Néanmoins, il encourageait l’humanité à continuer à s’efforcer de se rapprocher autant que possible du “bonheur complet”.

Je suppose qu’il serait fier de là où nous en sommes arrivés. Aujourd’hui, la quatrième révolution industrielle – qui va de l’intelligence artificielle à l’ingénierie génétique et à l’automatisation – promet une liberté presque totale de la fatigue et un temps de loisir ininterrompu à mesure que les exigences du travail sont éliminées par une technologie artificielle meilleure, moins chère et plus efficace. Les robots arrivent et apparemment, ils sont là pour travailler.

Mais est-ce que tout le temps libre qui nous est promis rendra réellement nos vies meilleures ? Une vie sans travail est-elle vraiment celle que nous voudrions vivre ?

J’ai souvent débattu avec des amis et ma famille des mérites de continuer à travailler après avoir remporté le gros lot – je maintiens que je ne le ferais pas, mais je me retrouve toujours en minorité. Apparemment, cela n’est pas propre à mon cercle social – un sondage Gallup de 2013 a révélé que 68 % des personnes continuent à travailler après avoir remporté le gros lot. Je suppose qu’ils ne pensent pas avoir encore besoin d’argent, alors qu’est-ce qui rend la routine quotidienne plus attrayante que de se prélasser sur une plage ?

La réponse évidente est que nous ne travaillons pas seulement pour gagner de l’argent, nous le faisons parce que cela donne un sens à nos vies et offre un sentiment de but. Même si j’insiste sur le fait que je ne travaillerais pas si je devenais riche, ce que je veux dire, c’est que je choisirais le type de travail que je ferais et à quelle fréquence je le ferais. Par exemple, j’écrirais toujours et ferais des conférences sur des sujets qui me passionnent.

Ce n’est pas nécessairement parce que “si vous faites ce que vous aimez, vous ne travaillerez jamais un jour de votre vie”. Écrire, préparer des conférences et faire de la recherche sont tous des travaux, mais c’est un travail que je pense valoir la peine d’être fait, et la richesse financière me permettrait de l’équilibrer avec tout le reste que je valorise dans la vie. En d’autres termes, je le ferais parce que cela me rapprocherait du “bonheur complet” d’Aristote.

Il existe de nouvelles recherches pour étayer ce mode de pensée populaire. Le récent livre de l’économiste Paul Dolan, “Happiness by Design” (Le Bonheur par la Conception), montre que les personnes les plus heureuses sont celles qui ressentent à la fois un sentiment de but et de plaisir au fil du temps. Travailler sans relâche peut rendre Jack morne, mais jouer sans travailler ne le rendra pas heureux non plus.

Bien sûr, tout le travail ne va pas nous apporter un profond sentiment de but. Certains sont à la fois inutiles et désagréables – une aspiration totale au bonheur. Quelqu’un dans un rôle qu’il déteste, travaillant pour une entreprise dont les valeurs ne correspondent pas aux siennes ou ne gagnant pas suffisamment d’argent pour vivre ne sera pas nourri par son travail. En supposant que ses besoins financiers pourraient être satisfaits, il semblerait qu’il serait bien mieux de démissionner et de laisser le travail à un robot.

C’est là que commencent à surgir les défis de l’automatisation. Il est facile de dire qu’il y a certaines personnes qui seraient plus heureuses si elles confiaient leur travail à un robot, mais l’automatisation ne va pas remplacer des rôles individuels – elle va remplacer des industries entières. Les experts disent que 47 % des emplois en Amérique sont susceptibles d’être remplacés par des robots et d’autres processus automatisés, et les chercheurs estiment que la situation est susceptible d’être similaire en Australie.

Il y a sans aucun doute des gens qui trouvent un sens ou du plaisir dans le travail qu’ils font et ne seront pas plus heureux si leur emploi est remplacé. Mais l’automatisation semble probablement capturer à la fois les satisfaits et les insatisfaits dans une gamme d’industries, chauffeurs de taxi, chirurgiens, comptables, artistes – la liste est longue.

L’arrivée de l’automatisation signifierait que l’humanité serait libérée de son fardeau le plus ancien, “Le travail”

Il est important de souligner que l’automatisation ne vise pas uniquement à accroître l’efficacité ou la rentabilité des entreprises. Dans certains cas, elle pourrait également être une mesure juste pour la société. Si les robots s’avèrent être des chirurgiens plus compétents ou si les comptables artificiels sont moins enclins à faciliter l’évasion fiscale que leurs homologues humains parfois douteux, il existerait un solide argument éthique en faveur de la mise à l’écart des humains de ces professions.

C’est une excellente nouvelle pour ceux qui détestent leur travail – non seulement ils sont libérés d’une tâche sans signification, ce qui les rend plus heureux, mais ils posent également un geste éthique. Cependant, qu’en est-il de ceux qui aiment leur travail ? L’argument éthique ne semblerait-il pas être simplement une justification de leur nouvel état de malheur ?

La réponse dépend de savoir si perdre un emploi que l’on apprécie en raison de l’automatisation aurait effectivement un impact négatif sur le bonheur. Si l’automatisation permettait d’utiliser le temps précédemment consacré au travail pour des activités plus plaisantes ou significatives, la personne concernée pourrait s’en trouver améliorée.

Selon le Bureau australien de la statistique, 46 % des personnes employées (environ 5,3 millions) travaillent de 35 à 44 heures par semaine. Chaque heure passée au travail – aussi significative soit-elle – est une heure qui ne peut pas être consacrée à d’autres activités potentiellement amusantes ou significatives. Personnellement, j’apprécie mon travail pour son côté plaisant et son objectif, mais si un robot devait le remplacer et me permettre de passer plus de temps avec ma femme et mon fils, cela pourrait probablement augmenter mon bonheur. Tout simplement parce que toutes les activités ne sont pas équitablement plaisantes ou significatives. À moins que le travail ne soit la chose la plus importante dans la vie de quelqu’un, il y a toujours la possibilité qu’un robot prenant son emploi le rende plus heureux.

Cela suggère qu’une main-d’œuvre robotique pourrait offrir aux individus des vies plus significatives tout en les éloignant simultanément d’un travail significatif. De plus, cela offrirait à ceux dont le travail les rend malheureux l’opportunité d’explorer d’autres horizons.

Cette perspective dessine un tableau captivant : CS Lewis décrivait autrefois l’amitié, la philosophie et l’art comme étant significatifs précisément parce qu’ils étaient inutiles et n’avaient aucune valeur de survie. Ils étaient plutôt “des choses qui donnent de la valeur à la survie”. Si la quatrième révolution industrielle parvient à aider les individus à se concentrer sur ces éléments qui confèrent une valeur à leur existence, les travailleurs robotiques semblent presque devenir une impérative morale.

Bien sûr, d’énormes questions logistiques subsistent quant à savoir si ceux qui seront remplacés par des robots recevront effectivement les moyens nécessaires pour poursuivre d’autres modes de vie significatifs. Nous ne savons tout simplement pas encore si le chauffeur de taxi qui appréciait la possibilité d’avoir des conversations avec différentes personnes chaque jour aura d’autres opportunités pour trouver un sentiment de sociabilité ou s’il sera contraint d’adopter un travail moins significatif.

Plus crucial encore, nous ignorons si les individus seront en mesure de considérer leur vie comme significative sans le travail. Même si l’automatisation offre aux gens l’opportunité de trouver du sens ailleurs, il n’est pas évident que nous serons prêts ou capables de concevoir une vie de sens totalement détachée du travail.

Cette préoccupation a été soulevée par Hannah Arendt dans son œuvre influente “Condition de l’homme moderne”. Il y a des décennies, Arendt prédisait que l’avènement de l’automatisation signifierait que l’humanité serait “libérée de son fardeau le plus ancien et le plus naturel, le fardeau du travail”. Pour elle, ce n’était pas quelque chose à célébrer. Elle craignait qu’une variété de forces économiques n’ait effectivement modifié la manière dont les gens se percevaient, de sorte que c’était leur travail qui les définissait.

Étant donné le rôle central que joue le travail dans le bien-être psychologique – les personnes sans emploi déclarent être moins satisfaites de leur vie que celles qui ont un emploi – il semble qu’Arendt avait peut-être vu juste. Pensez à la dernière fois que vous vous êtes présenté à quelqu’un – combien de temps a-t-il fallu avant de lui dire ce que vous faites comme travail ? Était-ce la première chose que vous lui avez dite après votre nom ? Lorsque vous avez rencontré quelqu’un, combien de temps a-t-il fallu avant de demander “que fais-tu ?” Peut-être que nos emplois nous définissent plus que nous ne le pensons.

Compte tenu de la forte connexion que les gens établissent entre leur travail, leur identité et leur sens de la signification, Arendt s’inquiétait des implications de l’automatisation sur leur vie. Elle croyait que “rien ne pourrait être pire” que d’être informé que la signification ne pouvait être trouvée que dans une certaine chose – comme le travail – puis d’avoir cette source de signification enlevée.

Le point d’Arendt est que les avantages de l’automatisation ne seront appréciés que s’ils sont reconnus – c’est-à-dire si les travailleurs peuvent se voir comme ayant une signification en dehors de leur emploi. Le père qui se définissait principalement comme avocat pourrait ne pas être en mesure de trouver le même sentiment de but ou de signification dans une vie de vie domestique. Même s’il pouvait théoriquement trouver du sens dans sa famille, il devrait d’abord changer de perspective. Pour certains, ce changement ne viendra pas facilement. Pour d’autres, il pourrait être impossible.

Paul Dolan fait un argument similaire. Il suggère qu’il n’y a pas de telle chose qu’une activité objectivement plaisante ou significative ; chaque individu définit ce que le but et le plaisir signifient pour lui-même. Cela signifie que si les gens ont décidé ou ont été conditionnés à croire que la seule chose qui peut donner un sens à leur vie est le travail, alors peu importe la quantité d’opportunités que nous créons pour qu’ils fassent autre chose – ils ne le verront pas comme un remplacement viable.

Cela ne s’appliquera pas à tout le monde. Bien qu’il y ait des carriéristes et des workaholics parmi nous, de nombreuses personnes trouvent joie, sens et identité en dehors de leur identité professionnelle. Cependant, l’automatisation pose des menaces à ces personnes également, car les robots ne sont pas seulement susceptibles de remplacer des emplois rémunérés ; l’intelligence artificielle permettra aux robots de nous remplacer également dans divers rôles personnels et domestiques. Les soins aux personnes âgées, la parentalité, le bénévolat et d’autres formes de soutien aux personnes vulnérables pourraient bientôt être dominés par des robots.

Le philosophe Thomas Wells voit une industrie des soins automatisée comme une possibilité réelle. À mesure que les robots deviendront plus intelligents, ils pourront offrir l’illusion des soins – fournir un soutien pratique, des conversations, voire de l’intimité.

Il est crucial que nous maintenons la dignité et les droits des travailleurs comme éléments centraux de nos discussions concernant l’avenir du travail.

De plusieurs façons, cela présente des avantages – tout comme les fauteuils roulants, les prothèses auditives et d’autres technologies, les robots peuvent offrir aux personnes dépendantes une certaine autonomie. Si un robot peut cuisiner mes repas, je ne suis plus contraint de dépendre de ma famille pour les apporter ; si un robot peut me conduire dans la douche, je suis libéré de l’indignité d’être nu et vulnérable devant un aide-soignant. Les soins robotiques pourraient effectivement être une manière de redonner de la dignité à ceux qui ont besoin d’aide.

Wells souligne que ce que ces robots fournissent n’est pas véritablement des soins. Ils peuvent offrir un soutien, tant sur le plan physique que psychologique, mais ils ne seront jamais réellement attentionnés. Il a raison, mais même si les robots étaient capables d’une empathie authentique, la question cruciale demeure : une fois que nous externalisons les soins et les relations aux robots, que nous reste-t-il ? Et même s’il reste quelque chose, aurons-nous envie de le faire ?

Il se peut que votre grand-mère trouve plus de dignité et un meilleur soutien auprès d’un robot que des membres de sa famille qui se relaient pour lui venir en aide. Peut-être qu’elle pourrait toujours ressentir un sentiment d’amour et de communauté lors d’appels sociaux plus significatifs, lorsque vous êtes véritablement présent au lieu d’être occupé par des tâches ménagères. Cependant, il y a un risque : c’est en partie à travers les moments d’aide, de soins et de soutien que votre relation s’entretient et s’approfondit.

La solidarité et l’amour ne peuvent véritablement se cultiver que par de vraies rencontres personnelles. Ainsi, si nous confions les soins aux robots, je doute qu’il y ait suffisamment pour entretenir la relation, pour nous inciter à passer discuter ou à appeler pour son anniversaire.

Le même principe s’applique à d’autres aspects de nos vies. Si nous laissons les robots effectuer les tâches les plus difficiles, ennuyeuses ou frustrantes, cela pourrait altérer notre capacité et notre appétit pour des travaux plus stimulants ou significatifs. Les humains sont des créatures d’habitude – la première fois que nous faisons quelque chose, c’est difficile, mais cela devient plus facile avec le temps. Comme le dit une récente publicité anti-tabac, “à chaque fois que vous arrêtez, vous devenez un peu meilleur”. Il en va de même pour tout dans le comportement humain : à chaque fois que vous travaillez sur quelque chose de difficile, vous gagnez un peu plus en persévérance, chaque fois que vous vous consacrez à quelqu’un d’autre, vous devenez un peu plus charitable, et ainsi de suite.

La question est de savoir si l’automatisation risque de se saboter elle-même en libérant notre temps pour des activités significatives, tout en nous privant des compétences nécessaires pour utiliser ce temps de manière significative. Même si les caricatures de guimauves dans WALL-E de Pixar sont fictives, elles ont résonné auprès de nombreux spectateurs car ils ont reconnu la possibilité d’une telle paresse en eux-mêmes et dans les technologies qu’ils utilisent. Ils avaient tout le temps et les ressources nécessaires pour vivre une vie heureuse, mais à mesure que les robots prenaient en charge les tâches lourdes, les gens étaient privés d’opportunités pour s’améliorer et manquaient d’initiative pour en trouver de nouvelles.

L’automatisation pourrait ne pas induire une généralisation de la paresse et de l’apathie. Comme je l’ai déjà mentionné, d’autres activités significatives et porteuses de sens peuvent combler le vide laissé par le travail. Cependant, le déplacement général vers le travail robotique pourrait avoir des répercussions pour ceux qui restent impliqués dans des activités professionnelles. Bien que nous partagions tous une expérience commune du travail, il est important de se rappeler que le travail doit être digne, sûr et justement rémunéré, créant ainsi une solidarité entre nous.

Lorsque le travail est effectué par des robots, à qui nous ne devrions pas attribuer les mêmes droits moraux qu’aux humains, les associations entre travail et dignité sont moins facilement reconnues. Notre lien de solidarité envers nos collègues travailleurs est ainsi altéré. Pour cette raison et bien d’autres, comme l’émergence de l’économie gig, la dignité et les droits des travailleurs doivent continuer à être au centre de nos discussions sur l’avenir du travail. Alors que le travail pourrait devenir obsolète pour beaucoup, sa valeur et les vertus qu’il peut cultiver demeurent intemporelles.

Dans un avenir proche, la majorité d’une génération ne saura pas ce que signifie avoir un emploi, mais elle devra apprendre comment travailler. Le travail ne se limite pas au marché de l’emploi; il englobe également les relations, la parentalité, la créativité, le sport et l’exercice. Cependant, si les robots se chargent des tâches ménagères dans une décennie, il faudra trouver d’autres moyens d’enseigner à mon fils qu’il y a plus dans la vie que le plaisir, qu’il est parfois nécessaire de persévérer pour obtenir des résultats, et que dans une communauté, chaque individu a un rôle à jouer pour favoriser l’épanouissement de tous. Les corvées et les tâches ménagères étaient le moyen par lequel mes parents m’ont transmis ce message.

Rien de tout cela ne justifie la crainte de l’arrivée des robots ni la mise en place d’un moratoire sur leur développement. En réalité, compte tenu des avantages potentiels qu’ils pourraient apporter à l’humanité, il pourrait être contraire à l’éthique de les arrêter. Cependant, les énormes avancées technologiques des dernières décennies nous ont appris que lorsque la nouvelle technologie arrive, il est trop tard pour commencer à réfléchir aux conséquences sociales et morales. Ces discussions doivent commencer dès maintenant.

Notre approche de l’automatisation, les limites que nous fixons et les principes qui guident nos décisions doivent être façonnés par un sens clair de la finalité. Ceci est également valable pour l’ensemble de la quatrième révolution industrielle. Si notre seul objectif est d’atteindre un état de diminution du travail, d’augmentation de l’innovation ou de modes de vie plus progressistes, il suffit d’attendre. Cependant, il n’y a aucune garantie que ce que nous obtiendrons nous plaira.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez les derniers articles S&T

Inscrivez-vous à la Newsletter S & T

Restez informé en permanence sur les sujets de votre choix !